Passer au contenu principal

SuisseRuag licencie 39 personnes

Le groupe de défense a vu son chiffre d'affaires prendre l'ascenseur, mais son bénéfice fait grise mine.

Ruag emploie environ 4500 personnes en Suisse.
Ruag emploie environ 4500 personnes en Suisse.
Keystone

Ruag licencie au total 39 collaborateurs à Thoune, Berne et Zurich. Lors de la présentation de ses résultats semestriels, le groupe avait évoqué des mesures visant à améliorer la productivité et optimiser les coûts en dévoilant ses prévisions pour la suite de l'année.

«Bien que le niveau général des commandes se trouve stable et à un bon niveau, il ne peut pas être écarté que des réductions de postes puissent arriver dans certains domaines d'activité», avait alors indiqué le porte-parole du groupe Clemens Gähwiler. Revenant sur une information de la Berner Zeitung mercredi, il a dit à l'ats qu'il avait ces licenciements en tête au moment de cette déclaration.

Bénéfice en chute libre

Pour rappel, sur les six premiers mois de 2017, le groupe d'aéronautique et de défense contrôlé par la Confédération a certes enregistré un chiffre d'affaires en hausse, mais vu son résultat d'exploitation avant intérêts et impôts (EBIT) se contracter de 18,6%. Son bénéfice net chutait de 21,5%, à 41 millions de francs.

Clemens Gähwiler confirme que «12 collaborateurs sont concernés par une suppression de poste dans le secteur Cyber Security Suisse». Dix-huit licenciements touchent l'unité Land Systems. Enfin, neuf employés ayant des fonctions de support doivent s'en aller.

Les personnes concernées travaillent avant tout sur les sites de Thoune (BE) et Berne, ainsi qu'à Zurich pour une à deux d'entre elles, détaille le porte-parole.

Plan social exigé

Le syndicat Unia estime dans la Berner Zeitung que Ruag doit, au regard du nombre de licenciements, mener une procédure de consultation. Syna exige pour sa part des discussions concernant un plan social volontaire.

De son côté, Ruag n'y voit pas de nécessité. «Cela ne correspond sur aucun site ou unité isolée à des licenciements collectifs au sens de la convention collective de travail ainsi que des dispositions légales», selon M. Gähwiler. L'entreprise soutient cependant les collaborateurs concernés et a cherché des solutions individuelles avec des mesures différentes lors de discussions individuelles.

Ruag ne juge pas nécessaire de communiquer publiquement, «car il s'agit de diverses mesures individuelles, qui ont été prises sur une large période», explique le porte-parole. «Le processus» a débuté au printemps et duré jusqu'en août. «En l'état, aucun licenciement supplémentaire n'est envisagé», ajoute-t-il.

Ruag a environ 4500 employés en Suisse. Le groupe compte au total plus de 9000 emplois à plein temps.

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.