Rothschild sabre ses équipes de «traders»

BanquesEdmond de Rothschild transfère la majeure partie de sa salle de marchés genevoise à Paris. Une vingtaine de postes sont touchés. Le groupe évoque une «stratégie de convergence» entre filiales.

La banque Edmond de Rothschild à Genève.

La banque Edmond de Rothschild à Genève. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La banque Edmond de Rothschild (Suisse) S.A. a informé il y a huit jours ses employés genevois de la mise en place d’un plan de restructuration affectant une vingtaine d’entre eux, a appris en fin de semaine dernière la Tribune de Genève, après avoir parlé à six sources au fait de la décision, en interne comme en externe.

Touchant de plein fouet la salle des marchés à Genève – mais aussi les employés travaillant aux côtés de ses «traders», les équipes dites du «mid» et «back office» – ce coup dur reflète une «stratégie de convergence des métiers mise en place depuis trois ans», réagit une porte-parole de la banque à Paris, jointe ce lundi au téléphone.

Basculement «logique»

Les «traders» genevois, qui étaient jusque-là chargés de l’exécution des ordres soumis par les clients en Suisse, voient cette tâche désormais confiée à leurs homologues de la salle de marchés de Paris. Un basculement «logique», explique la banque, qui rappelle qu’elle dispose déjà dans la capitale française de toutes ses équipes de «gestion institutionnelle» travaillant au service de grandes institutions – des caisses de retraite, par exemple.

«Nous disposons à Paris des compétences pour exécuter au mieux les ordres de nos clients»

«Nous disposons à Paris des compétences, des relations avec les contreparties et des volumes nécessaires pour exécuter au mieux les ordres de l’ensemble de nos clients, quelle que soit leur localisation», ajoute l’établissement.

Pré-retraites et transferts

Vidée d’une part importante ses forces, la salle de marchés genevoise n’est «pas fermée», assure pourtant une porte-parole, soulignant que des «activités de change» y resteront traitées.

«Difficile de trouver un poste équivalent à Genève »

Trois des personnes interrogées en fin de semaine précisent que près de vingt-cinq salariés font les frais de cette réorganisation – équipes de support incluses. Elles évoquent des licenciements «assortis de conditions avantageuses». Tout en reconnaissant qu’il est aujourd’hui «bien plus difficile» de retrouver un poste équivalent à Genève.

Ces renvois secouent les étages d’une maison longtemps connue pour ses conditions de travail généreuses et qui a augmenté ses effectifs de moitié en Suisse en l’espace de dix ans. Le dernier rapport annuel y fait état de 832 collaborateurs en 2017. La banque ne fournit pas de décompte plus récent.

La porte-parole de la banque assurait lundi soir que le «nombre de personnes concernées (Ndlr: par ces mesures) reste inférieur à vingt». Cette dernière précise que les «neuf dixièmes» des salariés des services de «back-office» touchés par la réorganisation se verront proposer un départ en pré-retraite. Un transfert, «en lien avec les postes ouverts à Paris», a par ailleurs été proposé aux collaborateurs de la salle de marché concernés.

Nouvelle réorganisation

Lors du dernier point sur la marche de ses affaires, Edmond de Rothschild (Suisse) S.A. indiquait avoir engrangé un peu plus de 100 millions de francs de profits entre janvier et juin 2018. Le total des fonds qui étaient confiés à l' ensemble du groupe par sa clientèle de riches particuliers atteignait 78 milliards de francs à la fin juin. À titre de comparaison*, une banque genevoise comme Lombard Odier orchestrait à la même date le placement de 167 milliards de francs amenés par ses clients fortunés, tandis qu'une maison comme UBP se voyait confier des patrimoines privés totalisant 96 milliards.

Propriété aux deux tiers de Benjamin de Rothschild – tandis que 17% du capital reviennent à sa mère, Nadine, veuve du baron Edmond de Rothschild – le groupe est dirigé par son épouse, Ariane. En novembre, une vaste réorganisation avait conduit au regroupement sous sa direction des activités de gestion de fortune, de gestion d’actifs et dans l’immobilier.

La Bourse de Zurich, sur laquelle sont cotées les parts d’Edmond de Rothschild (Suisse) S.A., attribuait hier une valeur totale de 1,4 milliards de francs à la banque, selon les données de l’agence Bloomberg.


* Précision: chiffres corrigés par rapport à la précédente version de l'article, qui comparait l'ensemble des avoirs sous gestion de Edmond de Rothschild avec ceux confiés par la seule clientèle privée de Lombard Odier et de UBP.

Créé: 29.01.2019, 18h16

Évolution des effectifs d'Edmond de Rothschild

Cliquer pour agrandir.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Budget 2020: 590 mio de déficit prévus
Plus...