Passer au contenu principal

Rentabilité en baisse en 2015 pour Geberit

Le spécialiste st-gallois des techniques sanitaires affiche une rentabilité en net repli à l'issue de l'année 2015.

Photo d'illustration.
Photo d'illustration.
Keystone

Geberit a vu son bénéfice net chuter en un an de 15,3% à 422,4 millions de francs.

Ajusté des effets uniques consécutifs à l'acquisition du céramiste finlandais Sanitec, soit des coûts de transaction, d'intégration et de financement de 71 millions de francs, le bénéfice net est ressorti à 493,1 millions, en repli de 1,1%, précise mardi le groupe établi à Rapperswil-Jona. Le résultat d'exploitation avant intérêts et impôts (EBIT) s'est contracté de 13,6% à 498,3 millions.

Hors exceptionnels, l'EBIT s'est cependant inscrit en hausse de 2,4% à 590,9 millions de francs, mais la marge correspondante a fléchi de 27,6 à 22,8%. Alors que la croissance des volumes et les baisses de prix des matières premières ont entraîné un effet favorable, Geberit a souffert de la vigueur du franc, d'effets de change négatifs et des marges plus faibles des affaires de Sanitec.

Comme déjà annoncé à mi-janvier, le chiffre d'affaires a lui bondi de 24,2%, à 2,59 milliards de francs. Corrigée des variations monétaires et de l'effet de l'acquisition de Sanitec, la hausse se monte à 2,7%. Le céramiste Sanitec a contribué dès février à 649 millions du chiffre d'affaires.

Marchés déçus

Le bénéfice et le dividende relevé de 1,2% à 8,40 francs par action ont déçu les attentes du marché. A la Bourse suisse, le titre Geberit perdait jusqu'à 4,26% en milieu d'après-midi, à 355,50 francs.

Sur son principal marché, l'Europe, Geberit enregistre une croissance organique de 2,5%, L'Allemagne, son premier débouché, inscrit une progression des ventes de 4,7% à près de 800 millions de francs.

Toutes les régions du Vieux-Continent sont en progrès, à l'exception de la Suisse. Sur le marché domestique, les rabais consentis pour contrer le franc fort ont eu pour conséquence un recul de 8,3% du chiffre d'affaires, à 276 millions de francs (hors Sanitec).

Dans la zone Extrême-Orient/Pacifique, les ventes ont fléchi de 4,1% d'un an à l'autre, tirées vers le bas par la faible demande chinoise. Dans les Amériques en revanche, la croissance s'inscrit à 7,1% et a même bondi à 16,2% au Moyen-Orient/Afrique.

Prudence de mise

Evoquant l'exercice en cours, Geberit, qui employait à fin 2015 12'126 collaborateurs, contre 6247 un an plus tôt, fait preuve d'une grande prudence. Compte tenu d'un environnement économique pour le moins incertain le groupe renonce pour l'heure à livrer des prévisions chiffrées.

«En Europe, nous voyons des signes de stabilisation du secteur de la construction, mais pas une récupération», a indiqué devant les médias à Zurich le patron de Geberit, Christian Buhl. Pour la Suisse, il escompte une stagnation.

La direction estime que les fluctuations du franc vont encore peser sur le chiffre d'affaires et les bénéfices cette année. Les prix des matières premières durant le premier semestre devraient se révéler légèrement inférieurs à ceux affichés au cours de la même période de 2015.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.