Raiffeisen voit un risque pour sa réputation

BanquesLa procédure en cours de la FINMA inquiète l'établissement et son directeur général Patrik Gisel.

Patrik Gisel craint des dégâts d'image avec l'enquête de la FINMA.

Patrik Gisel craint des dégâts d'image avec l'enquête de la FINMA. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La procédure en cours de l'Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers (FINMA) nuit à l'image de Raiffeisen. Patrik Gisel, patron du groupe, estime sérieux les risques pour la réputation du numéro trois bancaire helvétique.

«À mon avis, les risques pour la réputation sont disproportionnés par rapport au contenu de l'enquête», déclare Patrik Gisel dans les colonnes du dominical alémanique Sonntagszeitung. La FINMA examine à la loupe la gestion de l'entreprise. Elle a lancé en octobre une procédure portant sur la gouvernance au sein du groupe.

Selon Patrik Gisel, la procédure avait pour objet la transparence des processus de décision et les protocoles y relatifs. Raiffeisen a connu une croissance rapide grâce aux prises de participations, mais les processus n'ont pas été adaptés au même rythme, ce qui soulève des questions.

A en croire le directeur général, la banque a pu fournir toutes les explications nécessaires à l'autorité de surveillance. L'enquête aura coûté à la banque un montant «à un chiffre élevé» en millions de francs.

Pierin Vincenz reste

Au centre de la procédure figurait la prise de participation majoritaire dans la société Investnet, dont Raiffeisen détient 60%. Pierin Vincenz, ancien CEO de Raiffeisen, restera pour l'instant président du conseil d'administration d'Investnet.

«Nous ne prévoyons aucun changement», déclare Patrik Gisel. Il estime qu'Investnet peut bénéficier «des relations et de l'expérience» de Pierin Vincenz.

Pourtant, fin décembre, le gendarme des marchés financiers a clos l'enquête à l'encontre de Pierin Vincenz, estimant qu'elle était devenue sans objet. Ce dernier avait en effet quitté entre-temps toutes ses fonctions dirigeantes auprès d'établissements assujettis à la FINMA - dont la présidence de l'assureur Helvetia - et renoncé à l'avenir à toute fonction de ce genre. (ats/nxp)

Créé: 14.01.2018, 11h33

Articles en relation

Raiffeisen optimiste pour l'économie suisse

Conjoncture La banque s'appuie notamment sur le moral conjoncturel intact à l'échelle internationale et la croissance robuste en Europe. Plus...

L'ex-patron de Raiffeisen ne s'estime pas coupable

Suisse Pierin Vincenz s'est confié à la presse et affirme avoir bonne conscience. «J'ai toujours agi dans l'intérêt de Raiffeisen», estime-t-il. Plus...

FINMA: fin de la procédure contre Pierin Vincenz

Banques Comme l'ex-directeur général de Raiffeisen Pierin Vincenz a renoncé à ses fonctions dirigeantes auprès d'établissements assujettis, l'enquête est devenue sans objet. Plus...

La Raiffeisen visée par une enquête de la FINMA

Banques Le gendarme de la finance s'intéresserait aux dernières acquisitions de la banque st-galloise, comme Wegelin. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Brexit: Theresa May à Bruxelles
Plus...