Passer au contenu principal

Un premier procès s’ouvre pour faire la lumière sur le «Dieselgate»

Le premier grand procès contre le géant automobile dans l’affaire des moteurs diesel truqués démarre ce lundi à Brunswick.

Le «Dieselgate» a déjà coûté 27 milliards d’euros au groupe Volkswagen.
Le «Dieselgate» a déjà coûté 27 milliards d’euros au groupe Volkswagen.
Reuters

Le président du tribunal veut entendre tout le monde! Plus de 30 témoins sont attendus à la barre au premier procès contre Volkswagen qui s’ouvre ce lundi à Brunswick pour faire la lumière sur le plus grand scandale de l’économie allemande: le «Dieselgate».

Deux anciens ministres des transports, plusieurs managers de Volkswagen et de Porsche (la maison mère), des managers de Bosch (fabricant du logiciel manipulateur) et des experts ont été convoqués par le juge Fabian Reuschle, qui compte même se rendre dans la cellule d’un ancien technicien de Volkswagen, Oliver Schmidt, condamné à 7 ans de prison aux États-Unis pour escroquerie.

Il attend surtout de pied ferme le dernier témoin convoqué pour ce procès: l’ancien président de Volkswagen, Martin Winterkorn, pourtant blanchi par la direction et le conseil de surveillance. Malgré les soupçons qui pèsent sur lui, ce dernier a continué à toucher son salaire jusqu’en 2016, un an après sa démission. Il touche même encore une retraite complémentaire d’entreprise de 3100 euros… par jour.

Le juge est persuadé que Martin Winterkorn a menti. Si la culpabilité de Volkswagen n’est plus à prouver (le groupe a reconnu les faits), Fabian Reuschle veut désormais prouver que la direction était au courant des manipulations avant que l’Agence américaine de protection de l’environnement ne rende l’escroquerie publique le 18 septembre 2015.

Procès des actionnaires

Savoir à quelle date les patrons ont été informés: voilà l’un des buts principaux du procès. L’autre enjeu concerne les actionnaires. Plus de 1600 plaintes ont été déposées contre Volkswagen pour ne pas avoir informé les marchés boursiers dans les délais impartis.

Les investisseurs réclament près de 10 milliards d’euros d’indemnité pour les pertes subies par la chute brutale de l’action en Bourse (–40% en quelques jours). «Si ces derniers avaient été alertés à temps, ils n’auraient pas acheté les actions au prix fort», estime Andreas Tilp, l’avocat des plaignants.

La direction de Volkswagen a toujours plaidé son innocence dans cette affaire, qui lui a déjà coûté 27 milliards d’euros. Tous les patrons du groupe assurent n’avoir rien su avant le 18 septembre 2015. Les manipulations ont été faites à leur insu par des ingénieurs dans les étages inférieurs, disent-ils. «Je ne comprends pas pourquoi je n’ai pas été informé plus tôt. J’ai peut-être raté un signal», s’était étonné à l’époque Martin Winterkorn devant la commission d’enquête parlementaire.

Selon l’avocat des plaignants, la direction savait. Andreas Tilp assure qu’une rencontre avec les Américains avait eu lieu dès le 3 septembre au cours de laquelle Volkswagen aurait avoué les manipulations, soit trois semaines avant l’annonce publique. «Les marchés boursiers auraient dû être informés à cette date», dit-il.

Le magazine d’investigation «Der Spiegel» fait également état de documents du Parquet de Brunswick prouvant des réunions internes au groupe sur le logiciel manipulateur, en présence de Martin Winterkorn et de l’actuel président de Volkswagen, Herbert Diess, ancien patron de la marque Volkswagen. Enfin, la justice américaine détient la preuve que la direction a été informée du problème le 27 juillet 2015 lors d’une réunion de routine avec ses ingénieurs.

Remonter dix ans en arrière

Le juge veut remonter l’affaire sur dix ans en interrogeant notamment le patron de Bosch, l’entreprise qui a livré le logiciel manipulateur. Pourquoi le groupe avait-il demandé en 2008 à être exempté de ses responsabilités sur le développement et de l’installation d’un logiciel embarqué?

Il veut également entendre Rupert Stadler pour lui demander des explications sur une «note d’information» adressée à son chef en 2012. L’ancien patron d’Audi, qui appartient au groupe, a été mis en garde à vue en juin dernier car il s’apprêtait à dissimuler des preuves de l’escroquerie. Va-t-il dire la vérité au procès?

Certes, le constructeur enregistre des bénéfices record. Mais malgré des milliards d’amendes payées, le «Dieselgate» continue de menacer Volkswagen alors que le groupe a déjà pris du retard dans la transition vers le tout électrique et la voiture autonome. Pour les Allemands, l’enjeu est surtout économique. Ce qui explique aussi que le gouvernement d’Angela Merkel continue de protéger le secteur. Plus de 600 000 emplois dépendent directement de ce fleuron industriel. «Ce n’est pas dans notre intérêt d’affaiblir les constructeurs avec des décisions politiques», estime la chancelière.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.