Philip Morris promeut l’IQOS de manière controversée

Tabac à chaufferL’IQOS peine à décoller en Suisse. Le cigarettier va offrir le kit de base lors d’une action ponctuelle. Réactions indignées.

Le Cube, département R&D de Philip Morris à Neuchâtel, où l’IQOS a été mis au point.

Le Cube, département R&D de Philip Morris à Neuchâtel, où l’IQOS a été mis au point. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Lancé en Suisse en 2015, le substitut de la cigarette IQOS (pour I Quit Ordinary Smoking, «J’arrête la cigarette ordinaire») représente 2,5% de parts de marché, soit quelque 50 000 convertis en novembre 2018. «Cela correspond aux attentes, explique le CEO de Philip Morris Suisse, Dominique Leroux. L’objectif est de 100 000 utilisateurs d’ici à la fin de 2019.» La part de marché est proche de celle réalisée dans l’Union européenne (2,1%), mais en dessous de celles réalisées au Japon (16,9% au premier trimestre), en Lituanie (11,9%), en Grèce (8,7%) ou en Corée du Sud (7,3%). Avec 4 milliards de dollars sur 29,7 milliards, la part des revenus nets de Philip Morris International obtenus grâce à l’IQOS est de 14%. En Suisse, les investissements sont importants: 30 millions de francs pour l’adaptation de deux chaînes de production de l’usine de Neuchâtel, qui ne fabriquent plus que des sticks de tabac, tandis que dix autres sont encore consacrées aux cigarettes. «Avec ce produit, nous brûlons les ponts derrière nous. Il n’y a pas de plan B, convient Dominique Leroux. C’est un vrai défi, en effet, mais nous sommes persuadés que c’est l’avenir.»

Comme pour les cigarettes électroniques, sauter le pas entre la clope ordinaire et l’attirail nécessaire pour «consommer» les sticks de tabac (chargeur, batteries, embout, etc.) peut faire hésiter. Du 20 au 22 juin, Philip Morris va donc proposer, dans 33 points de vente, d’essayer gratuitement le kit de base à 99 fr., avec en prime six paquets offerts (8 fr. les 20 sticks). «Il s’agit d’accompagner les fumeurs qui le désirent vers ce produit de substitution, avec toutes les explications nécessaires, précise Dominique Leroux. Nous prendrons aussi leur adresse e-mail, afin qu’ils puissent nous détailler leurs impressions, positives ou négatives. Si la personne n’est pas convaincue, elle rapporte le kit. Elle peut en revanche le garder si elle juge l’expérience intéressante.» Le cigarettier assure qu’il ne ciblera que les fumeurs, adultes, pièce d’identité à l’appui en cas de doute.

«Cheval de Troie»

Cette méthode marketing fait bondir Corinne Wahl, tabacologue et directrice adjointe du CIPRET-Genève: «Ils se protègent juridiquement en affirmant cela, mais c’est l’habituelle stratégie du cheval de Troie qui vise aussi à séduire de nouveaux clients, et en particulier des jeunes, particulièrement sensibles à l’argument de la gratuité.» Philip Morris ne le cache pas, la cigarette traditionnelle reflue en Occident. Selon l’Organisation mondiale de la santé, la planète comptera en 2025 environ un milliard de fumeurs, soit autant qu’aujourd’hui, mais ils seront plus nombreux en Asie et Afrique.

«La Suisse reste un pays de fumeurs car les mesures pour inverser la tendance sont insuffisantes, notamment le prix, rappelle Corinne Wahl. Nous avons trente ans de retard sur les pays voisins!» Le nombre de fumeurs reste en effet stable, y compris chez les jeunes. Il s’élève à deux millions soit 28,2% de la population de plus de quinze ans en 2012, selon l’Observatoire suisse de la santé. Mais la quantité de cigarettes vendues diminue. «Les gens en fument moins, ou sont passés à la vapoteuse, ou à l’IQOS, analyse Dominique Leroux. Le mieux, bien sûr, est d’arrêter de fumer. Mais nous pensons à celles et ceux qui n’y arrivent pas, ou ne veulent pas. Le stick de tabac à chauffer leur est destiné, car il est moins nocif que la cigarette.»

Un produit addictif

Ce point est l’objet de controverses. Selon Philip Morris, l’IQOS produit 95% de composants toxiques en moins qu’une cigarette. Ceci grâce au fait qu’il n’y a pas combustion (à 800 °C environ), mais chauffage du tabac (350 °C), donc pas de fumée au sens strict. «Mais cela ne veut pas dire qu’il y a 95% de risques en moins pour la santé, insiste Dominique Leroux. Nous ne nions pas que c’est un produit addictif, avec de la nicotine, et qu’il n’est pas sans risque.» L’Office fédéral de la santé confirme qu’une «réduction des quantités de substances toxiques n’implique pas une réduction proportionnelle des risques».

Des études cliniques notamment diligentées par l’entreprise ont pour but d’établir le pourcentage de risques qu’il représente en comparaison avec la cigarette. Corinne Wahl n’est pas convaincue: «Cela revient à dire que sauter du 10e étage est moins dangereux que du 20e. Certes, mais les dégâts sont tout de même là, car il faut rappeler que l’action de chauffer, que l’on nomme pyrolyse, dégage encore, bien qu’en moindres quantités, des substances cancérigènes comme les hydrocarbures aromatiques polycycliques, le formaldéhyde ou le monoxyde de carbone.» Pour cette dernière substance, Philip Morris se réfère au rapport de la Food and Drug Administration (FDA) américaine qui affirme que sa présence dans la vapeur de tabac d’IQOS est réduite de 99% par rapport à la fumée d’une cigarette. La FDA a autorisé début mai la commercialisation d’IQOS aux États-Unis, stipulant que le produit répond aux conditions de protection de la santé.

Créé: 14.06.2019, 22h36

«Les cigarettiers font une marge folle!»

La révision de la loi sur les produits du tabac n’entrera pas en vigueur avant 2021, et la place à accorder aux nouveaux produits nourrit encore de vifs débats. L’IQOS développé par Philip Morris (comme le Glo de British American Tobacco) pourrait être classé dans la catégorie des produits chauffés, sans combustion et donc différencié de la cigarette ordinaire.
Un risque qui ulcère Bertrand Kiefer, médecin et rédacteur en chef de la «Revue médicale suisse»: «Je trouve anormal, voire scandaleux, que ces sticks à chauffer ne soient pas soumis à la même législation, en termes de prévention, d’indications sur les paquets, et de taxes.» En effet, l’IQOS n’est taxé qu’à hauteur de 19%, et non 62%, alors que le paquet de 20 sticks est vendu peu ou prou le même prix (8 fr.) qu’un paquet de cigarettes. «Cela représente une marge folle pour les cigarettiers, ce qui leur permet effectivement d’investir de façon massive dans le marketing.»
La promotion de l’IQOS n’a, à ses yeux, «qu’un sens commercial, et aucun du point de vue de la santé publique». Et de rappeler l’étude publiée en mai 2017 dans la revue américaine «JAMA Internal Medicine» par le professeur Reto Auer, pour le compte de l’Institut romand de santé au travail, qui concluait que l’IQOS comportait une part de combustion, et dégageait aussi une certaine quantité de fumée, y compris la plupart des produits nocifs de la cigarette. Pour Philip Morris, ces travaux datant de deux ans ont depuis été dépassés par d’autres études, et le cigarettier souligne que la FDA américaine l’a écartée pour des questions de méthodologie lors de l’examen visant à l’autorisation de mise sur le marché du produit. «Toutes les études indépendantes vont pourtant dans le sens de celle de Auer», rétorque Bertrand Kiefer. I.R

Articles en relation

Alcool, tabac, cannabis: ce que consomment les jeunes

Campagne de prévention Une enquête menée au niveau suisse en 2018 montre que les ados boivent bien plus qu'ils ne fument. Les chiffres. Plus...

«L’important, c’est de fixer un cadre et accompagner»

Enfants et écrans Peut-on parler d’une addiction aux écrans comme c’est le cas pour l’alcool ou le tabac? Cinq questions posées à Addiction Suisse. Plus...

Alcool, tabac, drogues… Tout sur nos addictions

Dépendance Quelle est la consommation d’alcool des Suisses? Et quid du tabac, des drogues ou des jeux d'argent? Tour d'horizon. Plus...

La nouvelle loi sur le tabac fait hurler les milieux de la prévention

Jeunesse Le Conseil fédéral refuse d’interdire la publicité pour les produits du tabac, mais autorise la cigarette électronique avec nicotine. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Premier anniversaire des gilets jaunes
Plus...