Perquisition au siège français de Volkswagen

ScandaleVolkswagen a été perquisitionné en Italie cette semaine, comme en Allemagne au début du mois.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le siège français du groupe allemand a été perquisitionné vendredi, à Villers-Cotterêts, dans le cadre de l'enquête sur les moteurs diesel truqués du constructeur, a-t-on appris de source judiciaire et auprès de la compagnie.

«Il y a eu une procédure dans la journée de vendredi», a indiqué à l'AFP Leslie Peltier, porte-parole de Volkswagen France, confirmant une information du Journal du Dimanche. «C'est une procédure tout à fait normale, qui s'est faite en toute transparence», a-t-elle ajouté, se refusant à tout commentaire.

Les enquêteurs se sont également rendus dans des locaux de Volkswagen à Roissy, dans la banlieue nord de Paris. De la documentation et du matériel informatique ont été saisis.

Comme dans d'autres pays, la justice française a lancé début octobre une enquête, ouverte pour «tromperie aggravée», sur le scandale Volkswagen, accusé d'avoir installé sur ses moteurs diesel un logiciel destiné à fausser les tests antipollution afin de faire passer ses voitures pour plus vertes qu'elles ne sont.

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a classé en 2012 les gaz d'échappement diesel comme cancérigènes certains.

Moins de 10 salariés

Volkswagen a été perquisitionné en Italie cette semaine, comme en Allemagne au début du mois. Un porte-parole du parquet de Brunswick (nord) a indiqué vendredi que l'enquête allemande avait permis d'identifier «plus de deux mais nettement moins de dix» salariés soupçonnés d'avoir été à l'origine de l'installation du logiciel litigieux.

Dans le monde, quelque 11 millions de véhicules ont été équipés du logiciel litigieux, de marques VW mais aussi Audi, Skoda et SEAT, a avoué le groupe. Près d'un million ont été vendus en France, selon la filiale française de Volkswagen.

Un particulier a porté plainte auprès du parquet de Paris. Des avocats ont par ailleurs annoncé des actions de groupe de propriétaires de voitures concernées ou d'actionnaires du constructeur allemand. La ministre française de l'Ecologie Ségolène Royal a dénoncé «une forme de vol du contribuable et de l'Etat», puisque les véhicules réputés propres bénéficient de primes et de bonus.

Ce scandale planétaire ébranle le géant allemand, numéro un mondial de l'automobile, dont le patron Martin Winterkorn a dû démissionner. Volkswagen a annoncé vendredi que 8,5 millions de véhicules allaient être rappelés dans l'Union européenne.

Dizaines de milliards

La facture finale se chiffrera vraisemblablement en dizaines de milliards d'euros de coûts de rappels et de contentieux juridiques, pour le constructeur qui a annoncé le 13 octobre une réduction d'un milliard d'euros par an de ses investissements.

Le groupe pèse 200 milliards d'euros (216 milliards de francs) de chiffre d'affaires annuel et compte douze marques allant des motos Ducati aux camions MAN en passant par les bolides de luxe Porsche. (ats/nxp)

Créé: 18.10.2015, 11h37

Articles en relation

Moins de dix individus responsables du trucage

Scandale Volkswagen L'enquête pénale en cours en Allemagne sur les moteurs truqués du constructeur automobile a identifié moins de dix responsables de la supercherie. Plus...

Volkswagen va rappeler 8,5 millions de véhicules

Europe En Europe, le géant automobile va effectuer un rappel de masse, en raison de ses moteurs truqués. Plus...

Volkswagen va réduire ses investissements

Allemagne Le constructeur automobile, qui s'attend à ce que l'affaire du logiciel truqueur plombe ses comptes, a engagé un strict programme d'économies. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

La révolte des gilets jaunes
Plus...