Parmigiani licencie 17 collaborateurs

Canton de NeuchâtelLe chiffre de 30 licenciements avait été évoqué au début du mois d'octobre.

Photo d'illustration.

Photo d'illustration. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

L'entreprise horlogère Parmigiani Fleurier a pu réduire le nombre de licenciements sur son site de Val-de-Travers (NE). Elle a procédé à 17 licenciements alors que le chiffre de 30 licenciements avait été évoqué au début du mois d'octobre. Un plan social a été mis en place.

Cinq collaborateurs seront transférés dans d'autres entreprises du groupe, a indiqué vendredi Parmigiani Fleurier, revenant sur une information de la radio RTN. La procédure de consultation, destinée à trouver des alternatives aux suppressions d'emplois, aura permis de réduire le nombre de licenciements.

L'entreprise avait expliqué au début du mois d'octobre qu'elle avait été contrainte à prendre des mesures stratégiques, dont la réduction de ses effectifs, en raison de la situation économique mondiale. Parmigiani occupe une centaine de personnes sur son site du Val-de-Travers. (ats/nxp)

Créé: 30.10.2015, 16h29

Articles en relation

Parmigiani va couper dans ses effectifs

Canton de Neuchâtel L'entreprise horlogère va réduire ses effectifs sur son site à Fleurier, dans le Val-de-Travers. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Schneider-Ammann s'en va
Plus...