Paris relance son bras de fer avec Airbnb

FranceLa capitale française accuse à nouveau l'entreprise américaine de ne pas respecter la réglementation.

Vue aérienne de Montmartre, à Paris.

Vue aérienne de Montmartre, à Paris. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La Ville de Paris a assigné en justice la plateforme de location, passible d'une amende de 12,5 millions d'euros pour avoir mis en ligne 1000 logements non enregistrés, comme le prévoit la loi Elan.

«La règlementation n'est pas respectée», tonne la mairie de Paris, rappelant la règle qui limite la location d'un logement à 120 jours par an et réclame d'avoir un numéro d'enregistrement. La loi Elan prévoit que l'entreprise paye une amende de 12'500 euros pour chaque offre non conforme. C'est en vertu de ces dispositions que la mairie de Paris a saisi vendredi la justice, selon des documents dont l'AFP a eu connaissance, confirmant une information du «JDD».

«Les 31 agents assermentés» ont ainsi épluché les annonces «dans les arrondissements les plus touchés par la location» (du Ier au VIIe arrondissement, et dans le populaire XVIIIe arrondissement), dont les logements sont loués à plus de 100 euros la nuit, et qui avaient plus de dix commentaires (preuve d'une mise en location régulière), précise l'entourage de la maire de Paris.

Au total, «1000 annonces» qui n'avaient pas de numéro d'enregistrement, ont été répertoriées. «C'est une question très sensible», concède auprès de l'AFP la maire de Paris Anne Hidalgo, qui «ne souhaite pas que Paris se retrouve dans la situation de Venise ou Barcelone où la population s'élève contre les visiteurs».

Or, actuellement pour la maire de Paris, «ce n'est pas de l'économie de partage mais de la prédation, pas de l'artisanat mais de l'industrie lourde». Les derniers chiffres de l'Hôtel de Ville indiquent que «26'000 logements», mis en ligne sur Airbnb il y a quelques mois, ont disparu de la location classique dans le centre de Paris.

«Que des Parisiens puissent louer leur appartement, ou une chambre, de temps en temps, pour arrondir leurs fins de mois ne me choque absolument pas», confesse la maire Paris. En revanche, «ce qui est choquant c'est quand des gens en font vraiment leur commerce principal (...) et que ça vienne concurrencer les hôteliers, mais surtout priver des Parisiens de logements».

La population de la capitale diminue depuis plusieurs mois, particulièrement dans l'hypercentre, selon des études de la mairie de Paris rendues publiques récemment. En septembre, Ian Brossat, l'adjoint communiste au logement de la Ville de Paris et proche de la maire Anne Hidalgo, avait demandé «l'interdiction de location d'appartements entiers via Airbnb dans les quatre premiers arrondissements», situés à proximité des sites touristiques de Notre-Dame-de-Paris, du Louvre ou de l'Opéra.

Pour sa défense, Airbnb avait indiqué qu'«un Parisien sur cinq utilise aujourd'hui le site pour améliorer ses revenus et faire face au coût de la vie». Selon des chiffres de 2018, Airbnb propose 500'000 logements en France, mis en location par 400'000 «hôtes», dont 65'000 à Paris. (afp/nxp)

Créé: 10.02.2019, 01h02

Articles en relation

Victoire d'étape en justice pour Airbnb face à NYC

Logement La justice a suspendu jeudi l'obligation faite à Airbnb de communiquer à la ville de New York la liste de ses hôtes. Plus...

Airbnb flirte avec le million d'hôtes annuels en Suisse

Hôtellerie Au cours des douze derniers mois, la plateforme a permis à quelque 900'000 personnes de réserver un logement sur territoire helvétique. Plus...

La Ville de Paris met en demeure Airbnb

France Les autorités parisiennes exigent de plusieurs plates-formes de location en ligne de se mettre en conformité avec une récente obligation de s'enregistrer. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Maudet s'oppose au budget 2020
Plus...