«Panama Papers»: le récit des journalistes

LivreLes deux rédacteurs du journal allemand à l’origine des révélations dressent un portrait sans concession de la Genève financière.

Image d'illustration.

Image d'illustration. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

En Allemagne, leur livre s’arrache dans les librairies. Il serait déjà numéro deux dans la liste des best-sellers outre-Rhin, selon l’éditeur parisien Seuil qui vient de mettre en vente sa traduction française.

Frederik Obermaier et Bastian Obermayer, journalistes à la Süddeutsche Zeitung, racontent leur enquête de A à Z, de la réception de leur premier courriel anonyme de la part de la taupe qui a révélé les Panama Papers, jusqu’à la publication simultanée, dimanche 3 avril à 20 heures, par 109 médias – dont 24 heures – de 76 pays différents des premières révélations.

Les deux rédacteurs se lancent alors dans une vaste opération consistant à trier et vérifier les 11,5 millions de données issues du cabinet panaméen Mossack Fonseca.

Ce livre raconte le vertige des deux professionnels face à l’ampleur du travail, leurs peurs, leur ténacité. Dans le cadre de cette enquête hors du commun, ils découvrent notamment la Genève de la finance. «A quelques kilomètres seulement de l’aéroport, au bord du lac Léman, se succèdent les filiales de tous les complices offshore que nous connaissons dorénavant très bien grâce à nos données», écrivent-ils. A Russin, dans la campagne genevoise, ils rencontrent Jean Ziegler. Le bouillant sociologue et écrivain n’a rien perdu de sa verve et de son sens de la polémique. Pour lui, relèvent les deux journalistes allemands, la Suisse est «un Disneyland dominé par les banques et les bandits».

Médusés, les deux journalistes assistent aussi, devant le siège genevois de Mossack Fonseca, au ballet des grosses Mercedes et BMW desquelles sortent des hommes et des femmes bien apprêtés avant de disparaître «dans de discrètes entrées en marbre» après avoir jeté des regards furtifs. Sous leur plume, Genève prend des airs de Monaco. Ou de Panama, les palmiers en moins.

(TDG)

Créé: 17.06.2016, 21h03

Articles en relation

Un employé de Mossack Fonseca arrêté à Genève

«Panama Papers» L'informaticien interpellé est suspecté d'avoir soustrait des données au cabinet d'avocats panaméen, qui a porté plainte. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Le Matin et 20 Minutes regroupés
Plus...