Passer au contenu principal

LogistiquePanalpina: la direction remplacée après le rachat

Le groupe danois DSV a placé son propre directeur général Jen Bjoern Andersen et son bras droit Jens Lund à la tête de Panalpina, dont il a pris le contrôle.

Le processus d'intégration avec DSV doit déboucher à terme sur l'abandon progressif de l'appellation Panalpina.
Le processus d'intégration avec DSV doit déboucher à terme sur l'abandon progressif de l'appellation Panalpina.
Keystone

DSV officialise lundi le succès de l'offre de reprise sur Panalpina, «en accord avec les pratiques de la place financière suisse». Le logisticien danois en profite pour remplacer le patron Stefan Karlen et le directeur financier Robert Erni par son propre directeur général Jens Bjoern Andersen et son bras droit Jens Lund. Directeurs sortants et actuels composeront ensemble un comité d'intégration.

Comme annoncé en juin, DSV fera également main basse sur le conseil d'administration de Panalpina, plaçant Kurt Kokhauge Larsen à la présidence en lieu et place de Thomas Kern et intégrant Jens Bjoern Andersen, Jens Lund et Thomas Stig Plenborg, rappelle DSV dans un communiqué lundi.

DSV avait proposé depuis début avril 2,375 titres DSV contre une action Panalpina, dont les fractions ont été réglées en liquide. L'offre, acceptée désormais à hauteur de 98,16%, représentait alors un prix implicite de 195,80 francs pour chacune des 23,75 millions d'action Panalpina, équivalent à une prime de 43% par rapport au cours de clôture de l'action Panalpina en date de l'offre initiale du 15 janvier.

Valorisée en avril à 4,6 milliards de francs mais sujette à l'évolution du cours de DSV, la transaction atteint au final 5,1 milliards de francs ou 35,1 milliards de couronnes, hors impact de l'introduction de la norme comptable IFRS 16.

Ingestion terminée, place à la digestion

DSV devise le potentiel de synergies à environ 2,2 milliards de couronnes (321 millions de francs) sur sa base de coûts annuels à compter de 2022.

Le processus d'intégration doit s'étaler sur deux ou trois ans et déboucher à terme sur l'abandon progressif de l'appellation Panalpina, après un passage sous pavillon «DSV Panalpina». Le groupe unifié doit générer un chiffre d'affaires de quelque 118 milliards de couronnes danoises (environ 17 milliards de francs) et emploiera 60'000 collaborateurs à travers 90 pays.

Jens Bjoern Andersen a reconnu en conférence de presse que l'intégration de Panalpina aura un impact non précisé sur les effectifs.

DSV rappelle son intention de retirer Panalpina de la place zurichoise dès qu'aura été réglé juridiquement le sort des 1,54% des titres encore en circulation.

Ce rapprochement entre deux des 20 plus importantes sociétés du secteur constitue l'une des plus grandes opérations de fusion-acquisition de l'histoire du fret, rappelle Bernstein dans une analyse.

Le gestionnaire d'actifs new-yorkais déplore toutefois l'absence d'une feuille de route pour la croissance des revenus et n'exclut pas que des concurrents– parmi lesquels figure Kühne Nagel – profitent des efforts d'intégration de DSV pour venir chaparder des parts de marché.

En début d'après-midi, la nominative Panalpina grappillait 0,3% à 218,60 francs, à la traîne d'un SPI en hausse de 0,98%. Le titre DSV reculait de 0,3% à 632,2 couronnes danoises sur la place de Copenhague.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.