Passer au contenu principal

Panalpina courtisé contre son gré par le danois DSV

Le groupe danois DSV veut s'emparer du logisticien Panalpina. L'entreprise scandinave propose l'équivalent de 170 francs par titre Panalpina, en espèces et en actions DSV.

Panalpina est valorisée environ 4 milliards de francs.
Panalpina est valorisée environ 4 milliards de francs.
Keystone

Le logisticien Panalpina a reçu du concurrent danois DSV une proposition de rachat «non sollicitée». Le dépôt de l'offre a été également confirmé mercredi par DSV, qui avait essuyé en octobre un échec dans sa tentative de rapprochement avec Ceva Logistics, coté à la Bourse suisse. L'entreprise scandinave propose l'équivalent de 170 francs par titre Panalpina, en espèces et en actions DSV.

Dans le détail, l'offre comprend 1,58 action DSV (472,20 couronnes danoises à la clôture mardi ou approximativement 71 francs) et 55 francs en liquide par titre Panalpina. Le montant total avoisinerait ainsi 4 milliards de francs.

Conformément aux statuts de la société, le conseil d'administration examine avec ses conseillers l'offre de DSV, a précisé mercredi Panalpina dans une prise de position succincte.

Contacté par AWP, le groupe établi à Bâle n'a pas souhaité fournir plus de détail. L'action Panalpina a clôturé la séance de mardi à la Bourse suisse à 137 francs. Le prix offert par DSV représente ainsi une prime de près de 24% au regard du cours de clôture de la veille.

Président réticent

Contesté au sein de l'actionnariat pour ses réticences à toute tentative de rapprochement, le président de Panalpina, Peter Ulber, avait annoncé mi-novembre son retrait au printemps de cette année. La remise de son mandat avait alors suscité des rumeurs de rachat ou de rapprochement, avec Kühne Nagel notamment.

L'appétit de DSV pour un rachat ne faisait plus aucun doute depuis le lancement en octobre 2018 d'une offensive sur Ceva Logistics. Quelques mois à peine après son introduction à la Bourse suisse, le logisticien américain s'était vu proposer par DSV 27,75 puis 30,00 francs par action, pour une valorisation totale de 1,5 milliard.

Soutenu par son actionnaire de référence français, l'armateur CMA CGM, Ceva Logistics était parvenu à repousser les avances de DSV, qui avait fini par retirer son offre fin octobre.

Baader Helvea doute que la direction de Panalpina et ses actionnaires se laissent séduire par cette offre initiale de DSV. Une proposition concurrente et plus généreuse pourrait par contre faire céder cette résistance.

La Banque cantonale de Zurich (ZKB) tient aussi à souligner l'incertitude quant à l'issue de cette tentative de rachat, rappelant que l'actionnaire principal de Panalpina, la fondation Ernst Göhner avec 46%, ne s'est jusqu'ici jamais montré véritablement favorable à une telle opération.

La lenteur du rétablissement de Panalpina expose depuis quelque temps déjà la société aux appétits de la concurrence, rappelle de son côté Vontobel.

A la clôture de la Bourse suisse, la nominative Panalpina a terminé la séance sur une envolée de 27,7% à 175,00 francs, dans un indice élargi SPI en hausse de 0,64%.

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.