La voiture louée au mois pourrait détrôner le leasing

AutomobileD’après la dernière étude de Comparis, ce nouveau type d’abonnement serait moins onéreux

Le modèle forfaitaire donne droit à l'utilisation illimitée du véhicule de son choix, le temps du contrat. Une formule en vogue depuis deux ans.

Le modèle forfaitaire donne droit à l'utilisation illimitée du véhicule de son choix, le temps du contrat. Une formule en vogue depuis deux ans. Image: GETTY IMAGES

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Lorsque, au travail, mes collègues me demandent des informations sur ma voiture, je réponds qu’il s’agit d’un véhicule électrique, une BMW i3 dont la particularité est qu’elle ne m’appartient pas. L’avantage est que, sans frais à prévoir (ndlr: hors forfait mensuel et électricité), je n’ai à me soucier de rien.» Comme d’autres clients sur le site internet de Juicar, Björn n’hésite pas à défendre les atouts de la formule développée par la PME appartenant au groupe Alpiq. Pour s’adapter au changement rapide de comportement des Suisses, le producteur d’énergie vient de se profiler sur une toute nouvelle manière d’accéder à une mobilité motorisée: l’abonnement.

Petite précision toutefois, puisque, contrairement à un système de type Mobility – où la location d’une voiture est généralement réduite à quelques heures – la formule en vogue depuis deux ans assure un accès illimité au véhicule de son choix. Du moins le temps du contrat, dont la longévité peut varier d’un à douze mois suivant l’entreprise avec qui le client fait affaire. Et à ce jour, la Suisse en compte une douzaine.

Alpiq n’est en effet pas le seul grand groupe à s’être laissé séduire par ce marché certes balbutiant – surtout dans la partie francophone du pays – mais au fort potentiel. Sans compter les constructeurs automobiles et les géants de la location comme Hertz, plusieurs assureurs suisses se sont mis à investir dans ce secteur, à l’instar d’AXA avec Upto ou plus récemment La Mobilière avec la start-up Carvolution. Fin novembre, La Mobilière a participé à la levée de fonds de 11,3millions de francs réalisée par la jeune pousse fondée en 2018 à Berne.

Depuis plusieurs mois, même les CFF ont élaboré leur propre offre. Baptisée CFF Green Card, elle a la particularité de combiner l’abonnement général avec d’autres prestations «vertes», dont l’accès à un véhicule électrique.

Parmi les éléments ayant permis cette percée dans le secteur automobile, on trouve, sans trop de surprise, un aspect financier. Selon les calculs des experts de Comparis, en comparaison du système très populaire du leasing, l’offre forfaitaire s’avère effectivement meilleur marché.

Souplesse mise en avant

Sans nier cet effet «prix», Carvolution mentionne également la souplesse propre à son modèle. La start-up, qui compte une trentaine de salariés, vise en effet une clientèle souhaitant éviter de se préoccuper des questions d’intendance, aimant tester de nouveaux modèles ou hésitante sur celui à acquérir définitivement. «Une voiture neuve est un achat risqué, surtout en cette période où personne ne sait, par exemple, dans quelle direction évolueront les motorisations électriques», expliquait dans nos pages Léa Miggiano, cofondatrice de Carvolution.

Selon François Launaz, président d’auto-suisse, l’intérêt de ce modèle se situe plutôt au niveau des entreprises, étant donné qu’elles doivent pouvoir planifier assez facilement les budgets nécessaires à leur mobilité. «Par contre, pour les privés, l’atout de l’abonnement est plus mesuré, si ce n’est, par exemple, celui de pouvoir tester un véhicule avant d’en envisager l’achat», précise-t-il en rajoutant douter du succès de ce type d’abonnements sur le long terme.

Avis contraires

Le président d’auto-suisse n’est pas le seul à afficher un certain scepticisme sur ces nouvelles offres. D’autres critiquent aussi le modèle, à commencer par certains acteurs actifs dans la mobilité à la demande (Mobility en tête) et dont l’objectif est de contribuer à optimiser l’exploitation du parc automobile en évitant que la plus grande partie des véhicules ne passent leur vie sur des places de parking. «J’ai l’impression que ces modèles représentent plutôt une voie intermédiaire qui va nous amener vers de nouveaux modes de consommation plus innovants. Dans le futur, nous aurons accès à la demande au mode de transport le plus adéquat pour effectuer notre déplacement. Plus besoin de conserver dans notre garage une voiture», supposait dans le quotidien «Le Temps» Raphaël Rollier, responsable innovation chez Swisstopo.

Dans son étude, Comparis tient encore à avertir ceux qui opteraient pour l’offre forfaitaire plutôt que le leasing. «En souscrivant un premier abonnement automobile, il est important de se renseigner sur l’état du véhicule ainsi que sur les éventuels frais d’inscription», alerte Andrea Auer, experte mobilité du site. Pour ouvrir un dossier, certains prestataires réclament effectivement des frais pouvant atteindre plusieurs centaines de francs.

Créé: 30.01.2020, 20h01

Quelque 4000 francs d’économie

Sur trois ans, après avoir analysé pour son étude les neuf offres les plus intéressantes, Comparis arrive à la conclusion que huit d’entre elles débouchent sur un prix inférieur ou égal à celui du leasing une fois majorés les frais d’utilisation (assurance, entretien, réparations, pneus…).

Prenons l’exemple concret d’une Toyota Yaris 1,5 litre proposée par la société Hertz Mini Lease. Avec un prix mensuel de 699 francs (pour 4000 km inclus), la voiture louée revient moins cher en comparaison aux 813 francs proposés en leasing (les frais d’utilisation toujours majorés). Avec 114 francs de moins par mois, on arrive à une différence de 4105 francs en trois ans.

Comparis préfère toutefois avertir que cette solution est certes moins onéreuse, mais également moins flexible. «Pour les conducteurs qui préfèrent configurer eux-mêmes leur véhicule, le leasing est une solution plus adaptée», avertit Andrea Auer, de Comparis.

Enfin, quid en cas d’accident? Les dégâts sont assurés. Attention toutefois aux franchises adoptées. Chez Carvolution, cette dernière est actuellement fixée à 1000 francs, mais pourrait être prochainement revue à la baisse, indique l’entreprise. O.W.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Les PV diminuent depuis que les policiers doivent y écrire leur nom
Plus...