Passer au contenu principal

Novartis refuse de se disperser avec ses achats

Le groupe n'exclut pas des acquisitions complémentaires dans les franchises cardiaque, ophtalmologique ou encore hépatique.

Jörg Reinhardt, président du conseil d'administration de Novartis, veut garder les génériques et les biosimilaires.
Jörg Reinhardt, président du conseil d'administration de Novartis, veut garder les génériques et les biosimilaires.
Keystone

Novartis reste à l'affût d'opportunités de rachat de sociétés. Le groupe pharmaceutique bâlois entend cependant se concentrer sur les domaines dans lesquels le groupe a déjà su s'imposer.

La retenue adoptée par le mastodonte rhénan ces derniers temps répond avant tout à des considération tarifaires, selon son président Jörg Reinhardt, dans une interview de Finanz und Wirtschaft mercredi. «Nous avons récemment évalué diverses transactions et sommes parvenus à la conclusion que les avantages potentiels n'en valaient pas le prix», indique-t-il.

Pour autant, l'administrateur en chef n'exclut pas des acquisitions complémentaires dans les franchises cardiaque, ophtalmologique ou encore hépatique notamment. Les sociétés actives dans le domaine oncologique retiennent toujours toute l'attention du conseil d'administration.

«Des acquisitions complémentaires signifient généralement dans notre branche une dépense de jusqu'à dix milliards. Mais je pense que si toutes les conditions sont réunies, il fait aussi faire preuve de souplesse», explique le responsable allemand.

Génériques jugés importants

Refusant de se prononcer sur une éventuelle cession de la division Alcon, de l'importante participation dans le concurrent Roche ou encore des parts de Novartis dans sa coentreprise avec GlaxoSmithKline, M. Reinhardt assure en revanche qu'il considère les activités dans les génériques et les biosimilaires comme une partie intégrante de l'identité de l'entreprise.

«Les spécialités et biosimilaires sont bien plus proches de nos activités de base que les génériques traditionnels», poursuit l'ancien directeur général (CEO).

Sur le plan opérationnel, M. Reinhardt rappelle que Novartis entend renouer avec la croissance dès l'an prochain et accroître sa rentabilité sur les cinq prochaines années.

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.