Passer au contenu principal

SuisseNovartis déçoit un peu sur 2019

Le groupe pharmaceutique bâlois a enregistré l'an dernier une croissance à 47, 45 milliards de dollars, les projections des analystes la prévoyaient à 47,75 milliards.

Un site de production Novartis à Stein (AG).
Un site de production Novartis à Stein (AG).
Keystone

Le laboratoire Novartis a affiché l'an dernier une croissance des ventes de 6% à 47,45 milliards de dollars. La performance opérationnelle a été marquée par d'importantes variations de périmètre, tant sur l'année écoulée avec l'introduction en Bourse d'Alcon, que sur la base de comparaison avec la cession pour quelque 13 milliards de dollars des parts dans la coentreprise avec GlaxoSmithKline (GSK) dans les médicaments sans ordonnance.

L'excédent d'exploitation de base des activités poursuivies a gagné 12% à 14,11 milliards. Plombé par l'effet GSK, le bénéfice net de ces mêmes activités a chuté de 44% à 7,15 milliards.

La comptabilisation d'un gain exceptionnel de 4,7 milliards pour la distribution des actions Alcon aux actionnaires de Novartis a toutefois permis de modérer ce recul à 7% et d'inscrire un bénéfice net de 11,74 milliards.

Les actionnaires pourront compter sur une rémunération étoffée de dix centimes à 2,95 francs par action au titre de 2019.

Après avoir introduit son ancienne division ophtalmique Alcon en Bourse, la multinationale planche désormais sur une autonomisation de sa filiale biosimilaires et génériques Sandoz et une concentration sur son coeur de métier, indique le compte-rendu annuel publié mercredi.

Le coeur de métier bat plus fort

L'unité Innovative Medicines a affiché une croissance de 8% à 37,71 milliards de dollars et étoffé sa rentabilité opérationnelle de près d'un cinquième à 9,3 milliards. Les recettes de Sandoz par contre se sont érodées de 1% à 9,73 milliards et son excédent d'exploitation a été divisé par plus de deux à 551 millions, sous l'effet notamment de l'abandon du développement d'un générique de l'anti-asthmatique Advair de GSK.

La performance manque de peu les projections des analystes consultés par AWP. Le chiffre d'affaires annuel était en moyenne attendu à 47,75 milliards de dollars, l'Ebit de base à 14,16 milliards et le bénéfice net de base à 12,15 milliards. Innovative Medicines devait rapporter 37,71 milliards et Sandoz 9,68 milliards.

Après des débuts difficiles, le médicament cardiaque Entresto semble s'imposer parmi les principaux facteurs de croissance, avec 1,73 milliard de revenus l'an dernier, en hausse de plus de deux tiers. L'anti-psoriasique Cosentyx a généré une contribution étoffée d'un quart à 3,55 milliards pour devancer désormais l'ancien et vieillissant fer de lance contre la sclérose en plaques Gilenya (-4% à 3,22 milliards).

Dans les produits plus récents, le Zolgensma contre l'amyotrophie spinale de type 1 a confirmé ses débuts du troisième trimestre 2019 (160 millions) avec des recettes de 186 millions au quatrième.

La suite à l'avenant

Pour l'exercice en cours, la direction anticipe une croissance de 5% à près de 10%, portée par Innovative Medicines, freinée par Sandoz et apurée des activités aux Etats-Unis dont Sandoz doit prochainement finaliser la vente.

L'Ebit de base doit progresser dans une fourchette large autour de 10%. La feuille de route reste conditionnée à l'absence de lancements de génériques du Gilenya et du Sandostatine LAR aux Etats-Unis.

A côté de la commercialisation de produits existants et du lancement de nouveaux, Novartis compte sur l'ouverture du gigantesque marché chinois pour alimenter son essor. Le groupe ambitionne de multiplier à l'horizon 2024 par deux ses revenus dans l'Empire du Milieu. Le directeur général Vasant Narasimhan a assuré en conférence de presse que les recettes y «dépassent pour l'heure les deux milliards».

Goldman Sachs calcule que la nouvelle feuille de route implique un chiffre d'affaires de près de 50 milliards de dollars et un Ebit de base autour de 15 milliards. L'essor des ventes d'Entresto compense largement la légère déception de l'évolution de celle du Cosentyx, relativise de son côté Vontobel.

Le titre Novartis a été porté par ces annonces tout au long de la séance, clôturant en hausse de 1,2% à 93,73 francs. L'indice vedette SMI a progressé de 0,72%.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.