Passer au contenu principal

AlimentationNestlé rassure avec sa rentabilité en 2019

Les chiffres dévoilés par le groupe basé à Vevey sont légèrement inférieurs aux attentes mais le dividende en hausse devrait faire oublier cette petite déception.

Le directeur général de Nestlé, Mark Schneider, prévoit une accélération de la croissance à compter de 2021 ou 2022.
Le directeur général de Nestlé, Mark Schneider, prévoit une accélération de la croissance à compter de 2021 ou 2022.

Nestlé a généré l'an dernier une maigre croissance de 1,2%, pour engranger un chiffre d'affaires de 92,57 milliards de francs. La multinationale veveysane revendique néanmoins une croissance organique de 3,5% sur l'exercice et une progression des volumes (croissance interne réelle) de 2,9%. Le bénéfice net de son côté s'est enrobé de plus d'un quart à 12,90 milliards de francs.

Au niveau opérationnel, l'excédent d'exploitation (Ebit) courant récurrent a gagné près de 5% à 16,3 milliards, moyennant une extension de la marge afférente de six points de base à 17,6%, détaille le rapport annuel publié jeudi. Les actionnaires pourront compter sur une rémunération agrémentée de 25 centimes à 2,70 francs par titre.

Prudence pour le coronavirus

Les recettes s'inscrivent quelque peu en deçà des projections les moins optimistes des analystes consultés par AWP, tout comme l'Ebit ajusté dont la marge était attendue à 17,7%. Le bénéfice net en revanche n'était attendu qu'à 12,61 milliards. A deux centimes près, la rémunération des actionnaires correspond aux expectatives.

Croissance organique comme réelle interne manquent le coche pour un dixième de point de pourcentage dans les deux cas.

Nestlé anticipe une nouvelle poussée de croissance organique modeste sur l'exercice entamé, avant une accélération autour de 5% à compter de 2021 ou 2022. Les frais de restructuration en 2020 doivent représenter un demi-milliard de francs, mais la direction entend étoffer le bénéfice récurrent par action - hors effets de changes - ainsi que la rentabilité de son capital.

Le paquebot alimentaire veveysan souligne qu'il est encore prématuré de tenter d'établir un bilan financier de l'impact de l'épidémie de coronavirus.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.