«Nestlé m'a tué, tous sacrifiés»

FranceNestlé va fermer un site de recherche près de Nice pour en ouvrir un autre dans le canton de Vaud. Les employés sont furieux.

Les salariés en colère ont défilé pendant deux bonnes heures.

Les salariés en colère ont défilé pendant deux bonnes heures. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

«Nestlé m'a tué, tous sacrifiés»: plus de 400 salariés de Galderma amené à fermer en 2018 ont manifesté jeudi à Sophia Antipolis, près de Nice, dans le sud-est de la France. Ils ont réalisé un spectaculaire haka pour dénoncer le désengagement du géant vaudois de l'alimentation Nestlé, maison-mère du laboratoire de dermatologie.

Malgré une pluie battante et une faible syndicalisation du site, où sont employés de nombreux cadres, les salariés en colère ont défilé pendant deux bonnes heures, certains en blouses blanches, avec des pancartes «Galdermiens, -550 postes» ou encore «Macron, l'innovation est ici et toi t'es où?». En tête de la manifestation, imitant les rugbymen du Pacifique, ils ont réalisé un impressionnant haka.

«On n'est pas du genre à brûler des pneus à l'entrée des autoroutes ou des usines, mais il faut arriver à toucher l'opinion. C'est un beau scandale de la part d'une multinationale bien florissante. Ils ont communiqué a minima et personne n'a compris qu'ils fermaient le site», ajoute Florence Joly, 47 ans, une spécialiste en essais cliniques.

Cette chercheuse n'est pas sûre de pouvoir se reclasser en Suisse, où Nestlé compte implanter un nouveau centre de recherche et développement dans le canton de Vaud. Galderma, unité de la filiale du géant alimentaire vaudois dédiée aux soins de la peau Nestlé Skin Health, a annoncé mi-septembre la fermeture de son centre de recherches de Sophia-Antipolis.

Soutien de nombreux élus

Le groupe justifie la restructuration de sa filiale, à Sophia Antipolis depuis 1981, pour des raisons stratégiques: Galderma produit des crèmes, alors qu'il veut développer des soins de la peau par injection ou voie orale. Environ 400 postes sur 550 sont sur la sellette, voire la totalité si aucune solution de reprise ne se fait jour.

Cécilia Novolloni, 33 ans, technicienne dont le mari travaille aussi chez Galderma, «espère au moins qu'on va essayer quelque chose pour que ce site reste à la pointe du développement». Les salariés ont reçu le soutien de nombreux élus locaux. Une pétition circule, qui a dépassé les 18'000 signatures, parallèlement à un site Facebook de soutien au personnel dont un post évoque un boycott des marques du groupe Nestlé.

«Moi je n'incite pas à le faire, mais il y a des gens qui ne peuvent plus voir l'étiquette Nestlé en face, des gens écœurés qui disent 'je ne veux plus manger quelque chose de ce groupe'», indique la déléguée CFDT de l'entreprise, Nathalie Strauss.

(ats/nxp)

Créé: 09.11.2017, 17h25

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Merkel échoue à former une coalition
Plus...