Des traders suisses impliqués dans du fuel toxique en Afrique

PollutionD'après Public Eye, certains des carburants présentent jusqu’à 378 fois plus de soufre que la teneur autorisée en Europe.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Après trois ans d’enquête sur le terrain, Public Eye, l’organisation non gouvernementale (ONG) longtemps appelée Déclaration de Berne accuse dans un vaste rapport certains négociants suisses de profiter de la faiblesse des lois locales pour écouler du carburant toxique dans plusieurs pays d’Afrique de l’Ouest.

378 fois plus de soufre

D’après des prélèvements réalisés directement à la pompe dans huit pays, certains des carburants analysés présentaient jusqu’à 378 fois plus de soufre que la teneur autorisée en Europe, mais également des substances encore plus nocives, comme du benzène et des aromatiques polycycliques. «Mais le pire est que ces négociants ne se sont pas seulement contentés de commercialiser ce mauvais fuel, ils l’ont fabriqué à dessein», dénonce Géraldine Viret, porte-parole de l’ONG. La méthode de production serait d’ailleurs relativement simple puisqu’elle se résumerait à mélanger diverses qualités de substances pétrochimiques pour créer une essence de «qualité africaine».

Pour étayer ces propos, Public Eye s’est notamment rendue dans la fameuse zone ARA (Amsterdam-Rotterdam-Anvers), véritable cœur pétrolier mondial. C’est là, en effet, que les négociants suisses possèdent de nombreuses infrastructures (raffineries et dépôts) leur permettant de produire un tel carburant. Plusieurs négociants sont pointés du doigt par l’ONG, tels que Trafigura ou Vitol.

Un rapport inexact et mal informé

Les deux entreprises, basées à Genève, ont réagi aux accusations de Public Eye en rappelant toutes les deux respecter les exigences réglementaires locales. «Elles sont imposées par le gouvernement et ne peuvent pratiquement pas être modifiées par des fournisseurs privés», répond Trafigura dans une prise de position envoyée par e-mail.

Si Vitol évoque également cet argument, ce dernier considère en plus le rapport de Public Eye comme inexact et mal informé. «Nous ne contrôlons pas la chaîne d’approvisionnement où le produit de plusieurs fournisseurs (y compris celui des grandes compagnies pétrolières) est mélangé. Nous sommes donc incapables de déterminer la qualité du carburant vendu à la pompe», prétend par exemple le négociant.

Quoi qu’il en soit, une large campagne est lancée jeudi par l’ONG suisse à Berne, mais également dans les principales capitales des pays africains concernés par l’enquête. Son but est simple: «pousser les négociants à ne vendre que des carburants aux standards européens» et cela dans le monde entier.

Créé: 15.09.2016, 10h10

Articles en relation

Trafigura se renforce à Singapour au détriment de Genève

Négoce Son directeur financier Pierre Lorinet, basé à Genève, y établira son quartier général d’ici la fin de l’année, a communiqué mercredi le groupe. Le transfert n'affecte pas les 400 employés genevois Plus...

Géant genevois du négoce visé par des ONG

Matières premières En Afrique du Sud, une mine de charbon liée à la firme suisse Vitol polluerait l’eau de ses riverains, selon deux associations Plus...

Le groupe Vitol accusé de négliger les droits de l'homme

Genève Le groupe genevois Vitol est accusé par Action de Carême et Pain pour le prochain de négliger les droits humains. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.