Un mois de septembre tout pourri

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

La première semaine de septembre aura été « comme prévue » par les gourous de la finance, mauvaise. Il faut dire que ça fait tellement de mois que l’on nous prévenait que ça allait mal finir et que ça continuait de monter qu’il fallait bien qu’un jour ils aient raison.

Ce n’est pas que nous avons eu du neuf en ce début de mois, puisque globalement les raisons de la baisse sont dues aux mêmes histoires que l’on ressasse depuis des mois. La guerre économique entre Trump et le reste du monde ; guerre qui a pris un nouveau tournant vendredi puisque dorénavant les USA taxent 200 milliards de biens supplémentaires aux Chinois.

Ensuite il y a la crise des marchés émergents qui continue mais qui fait un peu plus de bruit parce que le FMI se fait prier pour sauver l’Argentine et que la Turquie… Eh bien la Turquie c’est toujours la même chose. Le pasteur est toujours en taule et les USA taxent l’acier turc en représailles et rien ne bouge.

Trump fait toujours parler de lui, tous les jours et tout le temps et on n’a jamais à l’abri qu’il s’emballe sur quelque chose et que cela contamine le marché, cela reste donc un « stress » supplémentaire.

Et comme tout cela ne suffisait pas, on nous a découvert un nouveau truc aux USA ; le « Tech Wreck », autrement dit le krach du secteur de la technologie. Je vous préviens, ce n’est pas vraiment un krach, puisque la baisse du secteur la semaine dernière est de l’ordre de 3%, mais comme on a besoin de faire du fantastique avec pas grand-chose on a visiblement engagé des scénaristes hollywoodiens à Wall Street pour nous trouver des titres qui claquent.

En conclusion, le S&P500 a atteint des records d’altitudes il y a une grosse semaine et depuis, les intervenants prennent quelques profits là où il y en a. Sur la technologie, donc. Mais les tendances haussières des marchés américains n’ont pas changé d’un poil, il n’y a que l’Europe qui est en pleine dépression et se demande chaque jour si elle est encore une Europe unie et si elle n’est pas au bord du gouffre, prête à faire un pas en avant.

(TDG)

Créé: 09.09.2018, 11h20


Retrouvez ici tous les invités de la Tribune de Genève La rubrique L’invité(e) est une tribune libre (3000 signes, espaces compris) sélectionnée par la rédaction. Avant d’envoyer votre contribution, prenez contact assez tôt à courrier@tdg.ch, afin de planifier au mieux son éventuelle publication.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Papyrus: les régularisés gagnent plus et vont mieux que les illégaux
Plus...