Passer au contenu principal

Le mirage des e-bikes trop bon marché

Les ventes de vélos électriques ont été boostées par la chute des prix. Mais certains ne tiennent pas la distance.

De nombreux propriétaires de vélos électriques doivent déchanter: après quelques années d'utilisation, leur bécane est bonne pour la casse.
De nombreux propriétaires de vélos électriques doivent déchanter: après quelques années d'utilisation, leur bécane est bonne pour la casse.
Patrick Martin

«J’ai acheté mon vélo électrique en 2011. C’était un modèle d’exposition soldé à 3000 francs au lieu de 4000», raconte Marie-Hélène*. Après deux ans et quelque 3900 kilomètres au compteur, la Vaudoise doit changer la batterie. Déception, la nouvelle n’est guère plus vaillante que l’ancienne. Pourtant, en 2011, le vendeur lui avait fait miroiter une amélioration des performances au fil des remplacements de l’accumulateur en raison de l’évolution technique. Il y a quelques mois, c’est la cerise sur le gâteau. Le progrès est passé par là mais pas dans le bon sens: la technologie 24 volts a disparu au profit du 36 volts et Marie-Hélène ne trouve plus de batterie pour son vélo. Bref, sa bécane est bonne pour la poubelle.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.