Passer au contenu principal

Un million de fausses montres ont été saisies l'an dernier

En Chine, en Thaïlande, ou en Italie, un million de fausses montres ont été saisies en 2013 par la Fédération de l'industrie horlogère suisse.

De fausses montres sont saisies à la frontière suisse.
De fausses montres sont saisies à la frontière suisse.
Keystone

La Fédération de l'industrie horlogère suisse (FH) a fait saisir un million de fausses montres l'an dernier. Les pays les plus touchés sont la Chine et la Thaïlande en Asie ainsi que l'Italie en Europe.

«En Suisse, des fausses montres sont aussi saisies aux frontières par les douaniers», a déclaré Jean-Daniel Pasche, président de la FH, en marge de l'assemblée générale. La fédération a formé l'an passé dans des dizaines d'endroits dans le monde des policiers et douaniers à la contrefaçon.

En 2013, la FH a fait stopper 280'000 enchères qui proposaient de fausses montres. Elle a fait fermer également plusieurs sites dédiés aux contrefaçons.

Le Valais à l'honneur

L'assemblée générale de la FH se tient jeudi pour la première fois en Valais. Une attention toute particulière portée aux dix membres valaisans de la FH qui en compte 495 au total.

«En choisissant de venir à Martigny et en Valais, nous ne souhaitons pas forcément augmenter le nombre de nos membres dans ce canton, mais aller à la rencontre de ses autorités et de son économie», a déclaré Jean-Daniel Pasche, président de la FH. Le Valais est le 9e canton horloger, mais offre des perspectives de développement.

Les dix membres valaisans, fabricants de montres, composants ou de mouvements, de la FH représentent 700 emplois. La fédération a perdu une dizaine de membres en 2013 pour des raisons financières ou pour cessation d'activité et en comptait 495 au 1er janvier 2014.

Le conseiller d'Etat valaisan Jean-Michel Cina, chef du Département de l'économie, s'est dit «fier et honoré» de recevoir l'assemblée de la FH. Si ce canton n'est pas un acteur-clé de l'horlogerie, il est toutefois bien positionné dans l'emboîtage ou dans les micro-composants avec des entreprises comme Mimotec ou ETA.

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.