Passer au contenu principal

InformatiqueMicrosoft pèse aussi lourd qu'Apple

La capitalisation de la firme de Redmond a rattrapé celle de son rival. Elles totalisent chacune 814 milliards de dollars.

Archive/photo d'illustration, Keystone

Quatre mois après avoir franchi le seuil symbolique des 1000 milliards de dollars de valeur boursière, Apple voit sa capitalisation rattrapée par celle du revenant Microsoft.

Le titre de la firme à la pomme cédait 1,77% dans les échanges d'après-Bourse lundi soir à Wall Street après des déclarations du président Donald Trump annonçant que des droits de douane pourraient aussi s'appliquer aux ordinateurs portables et aux iPhone importés de Chine.

Ce recul effaçait la hausse de 1,35% du titre pendant la séance régulière et ramenait la capitalisation d'Apple à 814 milliards de dollars (presque autant en francs).

Microsoft abandonnait pour sa part 0,35% à 106,10 dollars dans les transactions électroniques, pour une capitalisation de 814 milliards de dollars également. Le titre avait auparavant clôturé la séance en hausse de plus 3%, profitant d'un rebond général des actions américaines. Les échanges après la clôture sont souvent volatils et réalisés dans des volumes peu significatifs.

Nouvelle impulsion

Le mouvement de correction qui a touché les valeurs américaines du secteur des hautes technologies ces derniers mois a davantage affecté Apple que d'autres poids lourds: l'action du groupe de Cupertino a chuté de 23% depuis la présentation le 1er novembre de prévisions montrant que les ventes du trimestre en cours devraient décevoir les attentes de Wall Street.

Sur la même période, le cours de Microsoft est resté pratiquement inchangé. La capitalisation boursière d'Apple avait dépassé celle de Microsoft en 2010, quand le concepteur de Windows s'est trouvé exposé au ralentissement du marché des ordinateurs personnels - provoqué entre autres par le succès des smartphones d'Apple lancés trois ans plus tôt.

Satya Nadella, le nouveau directeur général nommé en 2014, a su apporter une nouvelle impulsion au géant détrôné en investissant massivement dans le «cloud», l'informatique dématérialisée dont Microsoft est aujourd'hui le deuxième acteur mondial derrière Amazon.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.