Passer au contenu principal

ConjonctureLe marché suisse de l’immobilier en légère accalmie

L'indice UBS des bulles immobilières a enregistré au 2e trimestre 2012 son premier recul depuis quatre ans. Toutefois, le recul est si faible qu'il ne s'agit que d'une légère accalmie, ont expliqué vendredi les experts

Un immeuble en construction à Carouge. (Archives)
Un immeuble en construction à Carouge. (Archives)

Le marché suisse de l’immobilier connaît une légère accalmie, à en croire l’indice des bulles immobilières UBS. Celui-ci a enregistré au deuxième trimestre son premier recul depuis quatre ans, affichant une baisse de 0,13 point pour s’établir à 0,82 point.

Le recul des prix proposés associé à l’augmentation des revenus et des prix à la consommation stables ont stoppé la forte tendance à la hausse, a indiqué vendredi UBS dans un communiqué.

Les prix proposés pour les logements en propriété ont baissé de 1,6% par rapport au trimestre précédent et ceux pour les maisons individuelles de 0,5%. La demande dans l’immobilier en tant qu’investissement semble s’être stabilisée à un niveau élevé, constate UBS.

Toujours le boom

Le marché de l’immobilier reste toutefois clairement dans une phase de boom. La baisse enregistrée au 2e trimestre ne préfigure pas un retournement de tendance, compte tenu des conditions de financement historiquement avantageuses, de la forte croissance démographique et d’une conjoncture intérieure solide.

Les exigences minimales entrées en vigueur le 1er juillet pour le financement des hypothèques devraient néanmoins atténuer la demande de logements en propriété et faire baisser les taux de croissance des prix aux prochains trimestres, estiment les experts d’UBS.

Les régions de Zurich, Genève et Lausanne restent les plus risquées en raison de leur importance nationale. Les grandes agglomérations de Zoug, du Pfannenstiel (ZH), de March (SZ), Vevey, Morges, Nyon (VD) et du Zimmerberg (ZH) ainsi que les régions touristiques de Davos et de Haute-Engadine (GR) figurent également dans les régions à risque.

ats/sipa

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.