Passer au contenu principal

CoronavirusLe marché automobile suisse s'est effondré

En Suisse, la pandémie n'épargne pas le marché de l'automobile.

Coronavirus: l'OFSP lance un appel.

Le marché suisse de l'automobile commence déjà à subir les affres de la pandémie de coronavirus. Le nombre de nouvelles immatriculations a chuté de 39,4% en mars à 17'556 véhicules vendus, affirme mercredi la faîtière des importateurs Auto-suisse, qui parle d'«effondrement».

Au premier trimestre, le marché a accusé un recul de 23,1% en rythme annuel à 55'542 nouvelles immatriculations. Le nombre de voitures de tourisme neuves avait atteint 72'065 entre janvier et mars 2019.

«La vente n'est plus possible»

L'Association suisse du commerce automobile indépendant (VFAS) évoque quant à elle une chute de 71% des importations directes et parallèles de voitures. «La vente de voitures n'est pratiquement plus possible, avec l'obligation de fermer les concessions des garagistes», a indiqué la fédération dans un communiqué distinct. Selon cette dernière, les garagistes se retrouvent avec un inventaire de plusieurs millions sur les bras qu'ils ne peuvent vendre.

La fermeture des concessionnaires ordonnée par le Conseil fédéral associée à une baisse de la demande et de la disponibilité des voitures ont agi comme un cocktail explosif pour les ventes du secteur. Auto-Suisse rappelle que la remise de voitures neuves et les essais de conduite sont encore possibles, moyennant le respect des règles d'hygiène fixées dans le cadre de la crise sanitaire actuelle.

Mesures de soutien

L'importation de véhicules neufs en Suisse et au Liechtenstein risque d'être fortement entravée ces prochains mois en raison de la mise à l'arrêt de nombreuses usines, où souvent les installations sont utilisées pour fabriquer des dispositifs médicaux, selon Auto-suisse.

La faîtière ne remet pas en cause les décisions du Conseil fédéral, sans toutefois lui accorder un blanc-seing. «Nous espérons vivement que les mesures de soutien de la Confédération dans le domaine de la réduction de l'horaire de travail et des crédits transitoires déploieront pleinement leurs effets afin que le pire puisse être évité», affirme le porte-parole Christoph Wolnik, cité dans le communiqué. Le secteur pèse pour 225'000 emplois, rappelle l'association.

«Fermeture de facto»

Le marché des voitures neuves sera confronté à «une fermeture de facto» dans les prochaines semaines, l'achat d'un véhicule ne figurant pas parmi les priorités des Suisses dans ce contexte de crise. L'impact réel ne pourra être mesuré que dans les semaines, voire les mois à venir.

Autre effet pervers relevé par auto-suisse, la vente de véhicules à propulsion alternative, hybride ou électrique, devrait chuter en raison des problèmes de livraison. Ceci alors que la demande pour cette catégorie de voitures a atteint un «niveau record» au premier trimestre et en mars, avec une part de marché respective de 9,7% et 13,7% en Suisse.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.