Passer au contenu principal

La Malaisie veut continuer à utiliser Huawei

Le premier ministre malaisien ignore les sanctions américaines et souhaite que le pays continue «autant que possible» à utiliser le géant Huawei.

Le premier ministre Mahathir Mohamad: «Huawei a une énorme avance, même sur la technologie américaine.»
Le premier ministre Mahathir Mohamad: «Huawei a une énorme avance, même sur la technologie américaine.»

La Malaisie va continuer à utiliser des équipements du géant des télécoms Huawei «autant que possible», a annoncé jeudi son Premier ministre Mahathir Mohamad, faisant fi des sanctions américaines contre le groupe soupçonné d'espionnage au profit de Pékin.

«Huawei a une énorme avance, même sur la technologie américaine», et «l'Occident» doit accepter la montée en puissance des nations asiatiques, a estimé le dirigeant de 93 ans à l'occasion d'un forum économique à Tokyo.

Huawei a des moyens de recherche et développement «bien plus importants que l'ensemble de la Malaisie, donc nous essayons d'utiliser sa technologie autant que possible», a-t-il dit. Au lieu de menacer leurs rivaux, «les Etats-Unis doivent accepter la compétition. Parfois la Chine sortira victorieuse, parfois ce sera les Etats-Unis», a-t-il dit.

«Nous sommes un livre ouvert»

En pleine guerre commerciale contre Pékin, l'administration Trump a interdit il y a quelques jours aux sociétés américaines de vendre des technologies à Huawei, numéro deux mondial des smartphones, mettant en péril l'approvisionnement crucial du groupe en puces électroniques.

Washington le soupçonne, sans cependant apporter de preuves, de permettre aux services de renseignements chinois d'utiliser son matériel afin d'espionner les communications sur les réseaux mobiles dans le monde.

«Oui, peut-être espionnent-ils. Mais qu'y a-t-il à espionner exactement en Malaisie? Nous sommes un livre ouvert», a lancé Mahathir Mohamad.

«Tout le monde le sait, si un pays veut nous envahir, ils n'ont qu'à venir, et nous ne résisterons pas, ce serait une perte de temps».

(AFP)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.