Passer au contenu principal

Lufthansa favorite pour reprendre Alitalia

Des négociations sont actuellement en cours. La compagnie allemande ne souhaite reprendre que la partie «vols» d'Alitalia.

Alitalia, qui compte quelque 11'500 salariés, a accumulé les pertes ces dernières années face à la concurrence des compagnies à bas coûts.
Alitalia, qui compte quelque 11'500 salariés, a accumulé les pertes ces dernières années face à la concurrence des compagnies à bas coûts.
archive/photo d'illustration, Keystone

La compagnie aérienne allemande Lufthansa est favorite pour la reprise de la compagnie nationale italienne Alitalia en difficulté, annonce jeudi le quotidien italien Corriere della Sera.

«En ce qui concerne l'avenir d'Alitalia, la destination d'arrivée semble être l'Allemagne», écrit le principal quotidien italien, même si «les chiffres ne sont pas encore bons et l'offre peut être améliorée».

Le Corriere, qui ne cite pas ses sources, précise que Lufthansa voudrait reprendre seulement la partie «vols» d'Alitalia, sans la maintenance, et garder seulement 6000 des 8000 personnes employées dans la branche qui l'intéresse.

Les deux ministres italiens qui suivent ce dossier ainsi que les trois commissaires qui gèrent Alitalia depuis qu'elle a été placée sous tutelle, ont cependant demandé de réduire de moitié ce chiffre de 2000 licenciements envisagés dans la partie «vols».

«Les négociations sont en cours et les deux parties se rapprochent», affirme le journal, en relevant que le prix proposé par Lufthansa pose aussi problème.

Meilleures garanties

«La première offre de Lufthansa était de 300 millions d'euros (...) mais les commissaires et le gouvernement demandent de monter jusqu'à 500 millions. Dans ce secteur aussi, les positions se rapprochent», assure le Corriere.

La compagnie britannique à bas coût EasyJet et le fonds américain Cerberus Capital Management ont également déposé des offres pour la reprise partielle d'Alitalia mais «Lufthansa est la solution qui semble offrir les meilleures garanties en termes de solidité financière», assure le quotidien.

La compagnie allemande offre aussi «de meilleures perspectives pour un développement industriel à moyen terme», ajoute le Corriere.

Alitalia, qui compte quelque 11'500 salariés, a accumulé les pertes ces dernières années face à la concurrence des compagnies à bas coûts. Elle a été placée sous tutelle le 2 mai, sur demande des actionnaires, après le rejet par les salariés d'un plan de restructuration prévoyant 1700 suppressions d'emploi.

La date butoir pour sa cession a été fixée au 30 avril 2018.

Alitalia avait 836 millions d'euros de trésorerie fin novembre, alors que l'Etat lui a accordé un prêt relais de 900 millions d'euros.

Sa situation s'est améliorée ces derniers mois, même si elle reste précaire.

(AFP)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.