Lufthansa confirme l’absorption d’Air Berlin. Effets sur les prix garantis!

TransactionEasyJet et le deuxième transporteur aérien allemand ont négocié pendant trois semaines.

Le président du directoire de Lufthansa, Carsten Spohr, a annoncé jeudi matin la reprise de 81 avions d’Air Berlin et de 3000 de ses collaborateurs.

Le président du directoire de Lufthansa, Carsten Spohr, a annoncé jeudi matin la reprise de 81 avions d’Air Berlin et de 3000 de ses collaborateurs. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le 12 octobre 2017 restera une journée mémorable sur le marché du transport aérien allemand. Le leader de la branche outre-Rhin, Deutsche Lufthansa AG, a absorbé une grande partie du numéro deux allemand: Air Berlin PLC & Co. Cette transaction risque d’aboutir à une casse sociale non négligeable et rapide.

Quelques données justifient de telles craintes: le président du directoire de Lufthansa, Carsten Spohr, a annoncé jeudi matin la reprise de 81 avions d’Air Berlin et de 3000 de ses collaborateurs. Cette compagnie détient toutefois 144 aéronefs et emploie plus de 8000 personnes actuellement.

Air Berlin cessera en outre d’exploiter ses long-courriers à partir de dimanche. Et, dès le 28 octobre, ce sera la fin de tous les vols annoncés avec le code IATA (Association internationale du transport aérien) «AB».

Carsten Spohr a indiqué jeudi matin que ces éléments figurent dans un accord avec Air Berlin, voué à être signé à 12 h devant notaire. Cette intention n’a pas été démentie plus tard. Telle est donc l’issue de trois semaines de négociations entre Deutsche Lufthansa AG et Air Berlin, compagnie s’étant déclarée insolvable à la mi-août.

Silence d’EasyJet

Pour l’ensemble de cette transaction, le leader aérien d’outre-Rhin aurait payé l’équivalent de 343,5 millions de francs. Ce montant permettra d’indemniser divers créanciers, à commencer par les collaborateurs et probablement le gouvernement fédéral allemand. Celui-ci avait accordé un crédit-relais de 150 millions d’euros. Coup de pouce financier visant à assurer la survie d’Air Berlin, au moins jusqu’à la fin de novembre. Et accessoirement à ne pas faire trop mauvaise figure lors des élections législatives du dimanche 24 septembre.

Tout n’est cependant peut-être pas encore dit dans la valorisation de la dépouille d’Air Berlin, société fondée en 1978. Sa direction ne s’est pas contentée de négocier avec Deutsche Lufthansa AG. Pendant trois semaines, le management d’Air Berlin a aussi mené des discussions avec celui d’EasyJet Airline Company PLC.

Mais l’agenda de communication de la compagnie britannique reste évidemment complètement indépendant de celui de Deutsche Lufthansa AG. Du coup, EasyJet refusait jeudi d’accorder toute information sur les termes d’un éventuel accord avec Air Berlin.

Ce silence ne saurait toutefois dissimuler les réels intérêts d’EasyJet: la déconfiture de la compagnie allemande aboutira à la libération de centaines de slots (créneaux horaires pour les décollages et les atterrissages). Certains d'entre eux constitueront très vite des enjeux décisifs.

L’importance des destinations allemandes est certes liée avant tout au marché britannique pour EasyJet. La compagnie domiciliée à Luton a néanmoins annoncé son intention, en juillet, de se doter d’une nouvelle base opérationnelle à Vienne. A cela s’ajoute le poids du marché suisse, toujours impressionnant au regard de la taille du pays. Et démontrant évidemment une solide demande pour les destinations d’outre-Rhin.

Effets sur les prix en Suisse

Cette configuration impose une question brûlante: EasyJet récupérera-t-elle quelques restes d’Air Berlin? La réponse développera forcément des effets sur les prix en Suisse. A la hausse ou à la baisse. L’expérience zurichoise le prouve.

La constellation «Luft» (Swiss, Eurowings, Edelweiss…) transporte plus de 60% des passagers utilisant l’aéroport de Kloten. Sur des destinations qu’elle dessert seule, ses propres tarifs sont parfois deux fois plus élevés que sur Berlin. La capitale allemande est il est vrai une des neuf destinations qu’EasyJet propose à Kloten. Les usagers des trois aéroports helvétiques attendent donc des informations de la compagnie britannique.

Sans se préoccuper du degré de concurrence, la Bourse de Francfort a célébré l’événement. L’action Deutsche Lufthansa AG a en effet favorisé un minimum de hausse pour l’indice phare DAX (plus 0,24%), avec une progression de 2,9%. (TDG)

Créé: 12.10.2017, 19h28

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Inquiétude chez les employés de TAmedia
Plus...