Passer au contenu principal

Leyne, Strauss-Kahn & Partners est déclarée en faillite

La société d'investissement LSK, présidée jusqu'à récemment par Dominique Strauss-Kahn, a été déclarée en faillite vendredi matin par la justice luxembourgeoise.

Les déboires de LSK, dont le siège est au Luxembourg, avaient éclaté au grand jour fin octobre après le suicide de son fondateur Thierry Leyne, intervenu quelques jours après le départ de son associé Dominique Strauss-Kahn.
Les déboires de LSK, dont le siège est au Luxembourg, avaient éclaté au grand jour fin octobre après le suicide de son fondateur Thierry Leyne, intervenu quelques jours après le départ de son associé Dominique Strauss-Kahn.
AFP

Le tribunal de commerce du Luxembourg a prononcé ce vendredi 7 novembre la faillite de la compagnie financière Leyne, Strauss-Kahn & Partners (LSK). Il y a deux jours, l'entreprise s'est trouvée en cessation de paiement, a indiqué la justice du Grand-Duché. La cour a désigné comme curateur l'avocat Laurent Fisch, un spécialiste des faillites délicates.

Il est, depuis 2009, le liquidateur de la branche luxembourgeoise de Lehman Brothers, la banque américaine dont la faillite avait déclenché la crise financière de 2008.

Situation financière précaire

La holding financière luxembourgeoise Leyne Strauss-Kahn avait introduit mercredi une requête en faillite auprès du tribunal de commerce du Luxembourg, en raison de sa précarité financière et de son endettement important.

Dans un communiqué de presse, les membres du conseil d'administration de LSK assuraient avoir découvert «des engagements supplémentaires au sein du groupe» qui «aggravent sa situation financière délicate», après le suicide, le 23 octobre, de son fondateur et dirigeant, Thierry Leyne.

«Ces nouvelles informations remettent en cause la continuation de la société LSK, dont le crédit est irrémédiablement compromis», avait estimé le conseil d'administration qui a «décidé de procéder à la déclaration de cessation des paiements de la société».

Des millions perdus

Selon le dernier bilan disponible de LSK au 31 décembre 2012 (les comptes pour 2013 n'ayant pas été publiés), LSK avait accusé une perte totale de 25,8 millions d'euros (31 millions de francs), alors que ses capitaux propres s'élevaient à seulement 1,43 million d'euros.

Dans son rapport sur les comptes 2012, Ernst & Young Luxembourg émettait une «opinion avec réserve» et mettait en doute la valeur de deux participations du groupe, Assya Partners et First Partners, alors que ces deux sociétés luxembourgeoises représentaient 10% des actifs de la maison mère LSK.

Le cabinet d'audit signalait ne pas avoir été «en mesure de recueillir des éléments probants, suffisants et appropriés auprès de la direction pour justifier la valeur comptable» de ces participations.

Les déboires de LSK, dont le siège est au Luxembourg, avaient éclaté au grand jour fin octobre après le suicide de son fondateur Thierry Leyne, intervenu quelques jours après le départ de DSK, qui n'occupe désormais plus aucune fonction au sein du groupe.

DSK et Thierry Leyne avaient notamment pour projet de lancer un fonds spéculatif de 2 milliards de dollars, récoltés en priorité auprès d'investisseurs de pays émergents.

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.