Pour Joseph Stiglitz, l'Europe va droit dans le mur

Crise de la dette«La seule bonne chose de l'année 2011, c'est qu'elle a été meilleure que ne le sera 2012», estime le prix Nobel d'économie. Si l'Europe poursuit ses programmes de restriction, «les années à venir seront vraiment dures».

«Nous avons besoins de plus de justice dans la répartition du revenu, de plus de morale

«Nous avons besoins de plus de justice dans la répartition du revenu, de plus de morale", affirme le prix Nobel d'économie Joseph Stiglitz. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

La situation en Europe préoccupe Joseph Stiglitz. «Les chances de résoudre le problème par de nouvelles économies sont proches de zéro», relève-t-il dans une interview donnée au Tages-Anzeiger. L’Europe est même «menacée à court terme d'une deuxième récession».

La plupart des gouvernements épargnent, ce qui accentue le ralentissement économique, constate le chercheur et économiste américain. Et contrairement aux promesses faites, «on ne voit toujours pas poindre la lumière au bout du tunnel».

On prescrit la saignée au malade

«Il n'y a au monde pas un seul exemple qui montre qu'il est possible d'assainir un Etat malade en réduisant les salaires, les rentes et les prestations sociales», poursuit l'ancien prix Nobel. La croissance ralentit, les recettes fiscales baissent et la question de l'endettement n'est pas résolue, ajoute-t-il en substance.

«Les politiciens devraient aujourd'hui reconnaître qu'ils sont sur la mauvaise voie». Une surdose d'économies ne fait qu'empirer les choses. «C'est comme au Moyen-Âge: quand le patient mourait, on disait: le médecin a trop vite arrêté les saignées».

Les Irlandais paient pour leurs banques

Aujourd'hui, des pays comme la Grèce et le Portugal auraient au contraire «besoin d'une perspective de croissance crédible». Pour cela, les gouvernements devraient augmenter les dépenses de l'Etat, selon l'Américain.

«Ils peuvent le faire sans accroître les déficits, s'ils augmentent les impôts en parallèle», en introduisant par exemple une taxe sur les transactions financières, observe-t-il. L'économie en profiterait et pour un multiple des montants injectés par l'Etat.

Joseph Stiglitz reconnaît volontiers que la Grèce est surendettée. Ainsi que le Portugal et l'Irlande. Mais dans ce dernier cas, c'est n'est pas en raison d'un excès de dépenses de l'Etat.

La crise en Irlande est venue de la finance: «C'est une erreur monumentale que d'avoir sauvé les banques en difficulté avec l'argent des contribuables». Pour l'ancien professeur et chercheur,« il ne devrait pas y avoir de banque si grande qu'on doive la sauver à tout prix».

Plus d'égalité et de morale

De manière générale, l'économiste constate que les politiciens ne prennent pas suffisamment en compte les soucis des citoyens. «Ces derniers ont perdu confiance dans le capitalisme financier. La crise financière a montré que le modèle ne fonctionne pas.»

Aux Etats-Unis, le revenu moyen d'un travailleur est plus faible aujourd'hui qu'en 1968, argumente l'ancien chef économiste de la Banque mondiale. «C'est inacceptable et permet de conclure que le capitalisme n'aide en définitive qu'une petite partie des gens».

La répartition de la richesse est de plus en plus inégale, constate Joseph Stiglitz, pour qui «nous avons besoin de plus de transparence et d'égalité entre les revenus et, surtout, de plus de morale». (nxp)

Créé: 16.04.2012, 13h34

Pour Joseph Stiglitz, «nous devons réfléchir au modèle économique que nous voulons». (Image: Keystone )

Infobox

Joseph Stiglitz est l'un des économistes les plus connus du public. Pour deux bonnes raisons: ce chantre du «nouveau keynésianisme» a reçu en 2001 le prix Nobel d'économie et il ne perd pas une occasion de pourfendre les politiques d'austérité préconisées par Fonds monétaire international et la Banque mondiale.

Cet Américain, qui fêtera l'an prochain ses 70 ans, a décroché son titre de docteur à 24 ans au prestigieux MIT et a été promu professeur ordinaire à Yale à 27 ans. Il a été également chef économiste de la Banque mondiale jusqu'en 2000.

Articles en relation

La crise provoque une vague de suicides en Italie

Désespoir Un réseau d'aide psychologique vient d'être mis en place en Italie, face à une série de suicides de chômeurs, petits entrepreneurs et artisans embourbés dans leurs dettes. Plus...

Après une respiration, le retour des vieux démons

Crise de la dette Les craintes d’une contagion de la crise de la dette sont de retour. Les bourses boivent la tasse. Principal pays actuellement sous la pression des marchés: l’Espagne. Plus...

La BNS défend toujours son cours plancher de 1,20 franc

Euro La Banque nationale suisse (BNS) continue à se battre pour son cours plancher de 1,20 franc pour un euro fixé le 6 septembre 2011. Les quelques échanges, passés jeudi en dessous de cette limite sont dûs à une anomalie d'une partie du marché. Plus...

Le chômage atteint un nouveau record

Zone euro Si la crise financière se calme, la crise sociale, elle, ne connaît aucun répit. Le chômage a touché en particulier de plein fouet les pays du sud soumis à une forte austérité. Plus...

La Grèce a 7 ou 8 mois pour redresser son économie

Crise de la dette La Grèce dispose de quelques mois pour redresser son économie et utiliser les fonds débloqués par la zone euro avant que les craintes ne reprennent sur les marchés, a estimé e conseiller économique du Premier ministre. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Mugabe démissionne
Plus...