Passer au contenu principal

WEFJoe Biden fait ses adieux politiques à Davos

Le vice président américain sortant y est allé de ses messages encourageants avant de céder sa place.

Keystone

L'Europe et les Etats-Unis doivent être les leaders dans le combat pour la défense de la démocratie et des valeurs d'ouverture: le vice-président américain sortant Joe Biden a fait mercredi ses adieux politiques sur la scène du Forum économique de Davos (GR).

«Mon nom est Joe Biden et je suis vice-président des Etats-Unis pour 48 heures encore», a lancé M. Biden en guise d'entame de son dernier grand discours officiel en tant que vice-président américain avant la remise du pouvoir à Washington au gouvernement du président élu Donald Trump vendredi. Et dans 48 heures, «je pourrai commencer à dire ce que je pense», a-t-il ajouté, déclenchant un grand éclat de rire dans la grande salle plénière du centre des congrès à Davos. Avant d'enchaîner plus sérieusement avec un discours de politique extérieure, largement centré sur son pays et l'Europe.

«Nous ne devons pas attendre que les autres pays fassent les choses», a plaidé M. Biden, pour qui ce sont les Etats-Unis et l'Europe que doivent mener la bataille pour la démocratie et l'ouverture et contre les nationalismes et populismes, qui sont «des mauvaises ripostes» et donnent «une fausse impression de sécurité».

La Russie de Poutine dans le collimateur

Joe Biden a également pointé du doigt «la Russie de Poutine», qui risque de faire reculer le monde «de plusieurs décennies de progrès». «La principale menace (...) provient d'acteurs externes qui s'emploient à fracturer l'ordre libéral international», a-t-il déclaré.

«Je ne vais pas mâcher mes mots, ce mouvement est conduit principalement par la Russie», a-t-il ajouté tout en mentionnant également la Chine et des acteurs du Moyen-Orient. Le président russe Vladimir Poutine «travaille avec tous les outils disponibles pour rogner le projet européen», a-t-il encore dit. Selon lui, le président russe «teste les lignes de faille entre pays occidentaux» et s'emploie à faire revenir le monde vers un système «défini en zones d'influence». «Nous avons même vu des cyber-attaques contre des partis politiques et des individus aux Etats-Unis», a-t-il insisté, se référant au rapport du renseignement américain accusant la Russie d'avoir interféré dans l'élection de Donald Trump comme président des Etats-Unis. A ce titre, il a appelé à renforcer la cyberdéfense.

«Je vous assure que cela va se reproduire, et pas seulement aux Etats-Unis», a-t-il dit, mettant implictement en garde les pays européens. La France et l'Allemagne notamment vivront des élections nationales en 2017.

Avertissement à Trump

Le discours de M. Biden constitue également un avertissement direct au républicain Donald Trump qui veut prioritairement améliorer les relations avec la Russie. «Leur objectif est clair, faire s'effondrer l'ordre libéral international», a-t-il assuré. Le vice-président s'exprimait au lendemain du président chinois Xi Jinping qui a enthousiasmé Davos, où il était le premier chef d'Etat chinois à se rendre, avec un vibrant plaidoyer pour le libre-échange, autre critique implicite de Donald Trump et de ses menaces de barrières douanières.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.