Passer au contenu principal

Iran, mode d’emploi

Deux mois après le voyage de 40 entreprises suisses à Téhéran, le bilan reste maigre.

Près d’un an après l’accord sur le nucléaire, les Iraniens ont soif d’ouverture économique.
Près d’un an après l’accord sur le nucléaire, les Iraniens ont soif d’ouverture économique.
René Clément/Getty Images

Les délégations économiques qui se rendent en Iran se succèdent toujours à un rythme élevé. «La Suisse a une carte à jouer, et nous devons la jouer vite», résume Vincent Subilia, directeur adjoint de la CCIG (Chambre de commerce et d’industrie de Genève), tout en préparant ses valises. Demain une nouvelle volée d’une cinquantaine de dirigeants d’entreprise se rendent en Iran pour une semaine, dans le cadre d’un voyage organisé par la CCIG et la promotion économique genevoise. Cette délégation visitera notamment les sites de Nestlé, situés à proximité de Téhéran. La multinationale vaudoise a réussi la gageure de rester présente sur le marché iranien, malgré les sanctions.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.