Passer au contenu principal

L’Inde se rêve en moteur de la croissance mondiale

L’arrivée au pouvoir du parti de la droite nationaliste a-t-elle relancé l’économie ? Les analystes sont sceptiques

Le ministre des finances indien, Arun Jaitley, lors d'un discours prononcé le 10 juillet 2016.
Le ministre des finances indien, Arun Jaitley, lors d'un discours prononcé le 10 juillet 2016.
Reuters

Plus qu’un ministre des finances, Arun Jaitley est le VRP de l’économie indienne. A chaque interview, il vante le potentiel de l’Inde aux investisseurs. « Dans les prochaines années, notre PIB va augmenter de 1000 milliards de dollars par an (985 milliards de francs), et passera de 2000 à 5000 milliards », a-t-il assuré fin mai lors d’un déplacement au Japon, ajoutant que le géant sud-asiatique allait devenir le moteur de la croissance mondiale. Les statistiques officielles semblent lui donner raison : sur l’année fiscale 2015-2016, le PIB aurait augmenté de 7,6 % et, pour 2016, BNP Paribas prédit 7,8% (lire notre graphique ci-contre). L’Inde serait devenue l’économie la plus dynamique du monde, tout en limitant son déficit budgétaire à 3,9 %, contre 4,7 % il y a deux ans.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.