L'image de Madiba suscite les convoitises

Nelson MandelaEntre patrimoine personnel, produits dérivés et utilisation de l'image du leader anti-Apartheid, Nelson Mandela génère déjà un impressionnant business. Tour d'horizon des enjeux des marques Nelson Mandela, Madiba ou 46664.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Des billets de banque à son effigie: rares sont les personnalités vivantes à avoir eu droit à cet honneur (à l'exception de quelques dictateurs mégalomanes). Mais pour certains Sud-Africains, Nelson Mandela n'est pas seulement sur les coupures mais à l'origine de leur business.

Théoriquement, tout a été réglé bien avant le décès de Madiba: la Nelson Mandela Foundation doit gérer tout ce qui a trait à l'utilisation du nom Nelson Mandela, mais aussi aux noms, surnoms, numéros associés. De Madiba (le nom de son clan) à Rolihlahla (son prénom en langue xhosa), en passant par 46664 (son numéro de prisonnier), sans oublier évidemment son nom de famille et son image, la fondation a fait protéger nombre de références.

L'appétit de la famille et des proches

Une mission ardue, aussi bien du fait d'un droit de l'image et de la propriété intellectuelle très flou en Afrique du Sud que de l'appétit financier de certains compatriotes, mais aussi de nombre de ses proches, familles et amis.

Un certain nombre d'initiatives privées ont ainsi fait l'objet de procédures visant à interdire les produits incriminés: chemises bariolées à l'effigie du leader, pièces commémoratives, peluches, casquettes ou briquets faisant mention de Madiba fleurissent régulièrement sur les marchés, impulsés par des personnages avides de revenus mais peu scrupuleux quant aux droits à l'image.

Les cas de discordes au sein de la famille sont plus souvent médiatisés: les familles de l'ancien président comportent quelques personnages auxquels la justice ou les médias se sont intéressés, pas toujours pour les raisons les plus valorisantes.

L'un des exemples les plus emblématiques concerne les œuvres d'art signées Nelson Mandela. De tableaux représentant des paysages à des empreintes de mains, Madiba a laissé un grand nombre de toiles. Et celles-ci ont déjà généré des conflits.

Le premier a opposé l'ancien président sud-africain lui-même à son ancien homme de confiance Ismail Ayob. Ce dernier a été poursuivi pour avoir contrefait sa signature à de nombreuses reprises afin de vendre des œuvres d'art présentées comme étant celles de Madiba.

Plus récemment, c'est l'avocat et ami de longue date de Nelson Mandela, George Bizos, qui a dû se défendre au sujet de ces œuvres. Lui n'a pas fraudé, les tableaux étaient bien de la main de Madiba. Mais les filles de l'ancien président l'ont accusé d'avoir vendu ces œuvres à son profit et ont cherché à récupérer le fruit des ventes.

Le vin Nelson Mandela vaut 10% du salaire moyen

Les filles de Nelson Mandela sont d'ailleurs au coeur de plusieurs polémiques. Ainsi, une de ses filles et la fille de celle-ci ont investi dans un domaine viticole renommé House of Mandela. Le vin est vendu sous cette marque jusqu'à 40 francs la bouteille, essentiellement aux touristes et sur les marchés asiatiques. Soit 10% du salaire moyen mensuel dans le pays.

Si les filles ont eu cette idée qui en dérange certains, le petit-fils du leader a suscité une intense polémique voici quelques mois. Alors que son grand-père était au plus mal, hospitalisé depuis plusieurs semaines, Mandla Mandela, officieux chef du clan familial, avait été accusé d'avoir vendu les droits de retransmission télévisée des obsèques de son grand-père. Le jeune homme avait dû organiser une conférence de presse pour démentir ces accusations.

Si Mandla Mandela est le fils de Makgatho Mandela, le premier né de la première union de Nelson Mandela avec Evelyn Mase, la branche Winnie Mandela (sa seconde épouse) est également souvent critiquée.

Le tourisme développé par Winnie Mandela

Celle qui a partagé 38 ans de sa vie (dont les 27 années d'emprisonnement) a sévèrement critiqué son ex-mari ces dernières années, l'accusant notamment d'être devenu une fondation privée privilégiant la minorité blanche face aux noirs.

Pourtant, c'est elle qui a obtenu de la justice de pouvoir accoler le nom Mandela au sien (Madikizela)... mais a oublié son propre patronyme en affichant sur les façades de plusieurs maisons le nom de l'ancien président, les transformant en musées dont les revenus sont très juteux.

Avec des droits d'auteurs impressionnants et un éventail de produits dérivés approuvé par la Nelson Mandela Foundation, c'est aussi l'héritage propre de l'ancien prisonnier qui risque de créer des tensions. La faute à Madiba lui-même en partie qui, avec ses trois mariages et ses nombreux enfants et petits-enfants, a compliqué sa succession.

Le lieu de sépulture a fait débat

Le testament n'a pas encore été dévoilé, Mandela pas encore enterré, et déjà les premières tensions apparaissent. Déjà l'été dernier, le lieu de la future sépulture a divisé la famille: Mzevo, son village natal, contre Qunu, le lieu où Madiba avait fait construite une maison et où il évoquait sa volonté d'être enterré, aux côtés de ses ancêtres.

Là aussi, Mandla Mandela avait donné de la voix, allant à l'encontre des volontés exprimées par son grand-père. Le petit-fils avait même fait transporter, sans le consentement du patriarche, les dépouilles de trois enfants de ce dernier de Qunu vers Mzevo. Le reste de la famille avait fait appel à la justice pour obtenir le retour des corps vers Qunu.

La démarche n'était pas dénuée d'intérêts: Mandla Mandela était accusé de vouloir développer un tourisme sur la base de la dernière demeure du grand-père, associant un musée, des commerces et de l'hôtellerie à la tombe du grand homme.

L'ouverture prochaine du testament devrait relancer certaines querelles familiales. Il n'est pas certain que l'ancien Prix Nobel de la paix puisse, selon la formule consacrée, reposer en paix.

Créé: 09.12.2013, 16h01

Articles en relation

Le monde entier salue Nelson Mandela

Afrique du Sud Nelson Mandela fera l'objet d'une cérémonie nationale le 10 décembre au stade Soweto. Un parterre de chefs d'Etats du monde entier est attendu. Madiba sera ensuite inhumé le 15 dans son village de Qunu. Plus...

Le monde prie pour Mandela, «lumière dans l'obscurité»

Deuil national Les Sud-Africains ont «prié, chanté et dansé» dimanche à la mémoire de Nelson Mandela, au premier jour d'une semaine de deuil officiel. Plus...

L'Afrique du Sud ne doit pas «oublier les valeurs de Madiba»

Décès de Mandela Jacob Zuma a appelé dimanche les Sud-Africains à honorer l'héritage de Nelson Mandela en faisant vivre ses principes de justice et de liberté. Plus...

Nelson Mandela est mort

Afrique du Sud Le prix Nobel de la Paix Nelson Mandela est mort jeudi soir 5 décembre à l'âge de 95 ans. L'annonce a été faite à la télévision nationale par le président de l'Afrique du Sud Jacob Zuma. Plus...

Mandela quitte un pays désenchanté et inégalitaire

Afrique du Sud L'Afrique du Sud imaginée par Nelson Mandela devait «appartenir à tous ceux qui y habitent». Le pays ne connaît plus de barrières raciales légales, mais un fossé économique entre riches et pauvres. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Les Genevois se ruent sur les masques
Plus...