L'Île Maurice a demandé l'entraide judiciaire

Paradise PapersDufry, le spécialiste bâlois du commerce de détail hors taxes, est soupçonné de corruption dans des contrats d'exclusivité pour deux aéroports de l'ile.

Dufry rejette tous les reproches qui lui sont faits.

Dufry rejette tous les reproches qui lui sont faits. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le Ministère public de la Confédération (MPC) répond actuellement à une demande d'entraide judiciaire à l'encontre de Dufry. Selon un porte-parole du spécialiste bâlois du commerce de détail hors taxes, l'entreprise n'a pas été jusqu'ici contactée par les autorités.

La demande d'entraide provient du parquet général de l'Île Maurice, a précisé dimanche la porte-parole du MPC Walburga Bur, confirmant une information parue dans le SonntagsZeitung et le Matin Dimanche.

Selon les journaux dominicaux, l'affaire a débuté en 2013, lorsque Dufry a conclu un contrat d'exclusivité pour deux aéroports mauriciens. Ces derniers étaient exploités par l'Etat, avant que Dufry n'encaisse deux tiers des revenus. Après le changement de gouvernement en 2015, les autorités mauriciennes ont émis des soupçons de corruption et ont commencé une enquête.

La demande d'entraide a été effectuée en 2016. La Sonntagszeitung et le Matin Dimanche citent des documents issus des Paradise Papers, selon lesquels Dufry a eu recours au cabinet d'avocats Appleby, notamment pour examiner la possibilité de déposer une plainte pour diffamation.

L'entreprise rejette les reproches

La multinationale rhénane rejette tous les reproches qui lui sont faits. «Dufry n'a été contacté par aucune autorité; ni de l'île Maurice, ni de Suisse», a affirmé le porte-parole Renzo Radice, contacté par l'ats.

Les informations des Paradise Papers se basent sur la fuite de 13,5 millions de documents financiers obtenus par la Süddeutsche Zeitung. Le journal allemand a ensuite partagé ces documents avec le Consortium international des journalistes d'investigation (ICIJ) et d'autres médias. En Suisse, une équipe d'enquête du groupe d'édition zurichois Tamedia est impliquée. (ats/nxp)

Créé: 12.11.2017, 14h26

Articles en relation

Berne met sous pression l'industrie extractive

Paradise Papers Simonetta Sommaruga brandit la menace d'une régulation fédérale si la branche est incapable de s'auto-réguler. Plus...

Paradise Papers: Apple se défend

Fisc Accusé d'optimisation fiscale offshore par les Paradise Papers, la firme à la pomme a tenu à se défendre lundi. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Le Conseil fédéral contre l'interdiction totale de la pub pour le tabac
Plus...