Halte à la hausse des primes maladie!

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Les primes prennent l’ascenseur. Cela devient insupportable pour la plupart d’entre nous, car cela pèse lourdement dans nos dépenses mensuelles. Mais plus grave, au niveau de la nation, cela menace d’affecter les équilibres politiques et sociaux comme aux Etats-Unis. Mais quel est exactement le problème? Et qui va arrêter cette croissance vertigineuse des dépenses? Qui va venir au secours des familles?

Contrairement à ce que dit le monde politique (et avec eux, certains acteurs du domaine de la santé), le problème n’est pas du tout complexe car la solution est très simple: il suffit de contrôler l’emploi. En effet, il faut savoir que celui-ci est responsable de près de 80% des coûts totaux et que l’embauche du personnel dans la santé s’est envolée ces dernières années: +100 000 emplois en dix ans. Cela correspond à 10 milliards de charges en plus pour le système et les assurances individuelles ont été ajustées en conséquence. On a simplement payé. Voilà la réalité crue.

Le domaine de la santé semble échapper à toute rationalité et à toute recherche de productivité. Si l’on a un projet ou un problème nouveau, alors on embauche. Incroyable! C’est ainsi que l’on fonctionne. Personne ne s’en inquiète puisqu’à la fin, c’est l’assuré qui paye!

Alors la question qu’il faudrait désormais se poser est la suivante: qui va pouvoir contrôler les coûts en réduisant le personnel? En tout cas pas les politiques, qui proposent la caisse unique. Pas les Pharmas qui cherchent de l’argent pour la recherche. Pas les assurances qui essaient de reconstituer leurs réserves. Pas les hôpitaux qui multiplient l’offre notamment en ambulatoire. Pas les médecins qui cherchent à compenser les effets négatifs du TarMed sur leur salaire. Donc il va falloir chercher ailleurs.

Devinez où? Eh bien, comme toujours ce sont les entreprises orientées Internet comme les GAFAIM (Google, Apple, Facebook, Amazon, IBM, Microsoft) qui vont faire le boulot. On sait comment elles vont procéder. Regardez ce qui s’est passé avec les librairies, les médias, le tourisme, etc. Ils ont été à chaque fois capables de faire effondrer les prix tout en empochant de jolies marges et en sortant la concurrence du marché. C’est exactement ce qui va arriver dans le domaine de la santé. Watson d’IBM va être notre oncologue ou notre médecin de référence. Apple, notre cardiologue (Apple Watch). Google, notre opticien (lunette augmentée). Facebook, notre réalité virtuelle. Amazon, notre cloud pour le dossier médical. Microsoft, notre analyseur de Big Data, etc., etc.

Bref, la maîtrise de la santé change de main. Et les nouveaux partenaires santé sauront sans doute faire ce que personne ne veut faire aujourd’hui: baisser les primes. Il ne faudra pas ensuite se plaindre de leur domination, n’est-ce pas Mesdames et Messieurs les Politiciens? (TDG)

Créé: 31.10.2017, 18h59

Xavier Comtesse vient de publier Santé 4.0, le tsunami du numérique (seconde impression en moins d’un mois), Georg, Genève.


Retrouvez ici tous les invités de la Tribune de Genève La rubrique L’invité(e) est une tribune libre (3000 signes, espaces compris) sélectionnée par la rédaction. Avant d’envoyer votre contribution, prenez contact assez tôt à courrier@tdg.ch, afin de planifier au mieux son éventuelle publication.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Mugabe démissionne
Plus...