Les grandes banques créent moins de valeur

SuisseLa contribution des géants comme UBS et Credit Suisse à la valeur ajoutée brute du secteur a reculé, passant de 41% à 35% entre 2007 et 2014.

UBS et Credit Suisse continuent de se tailler la part du lion dans la création de valeur bancaire mais moins qu'auparavant.

UBS et Credit Suisse continuent de se tailler la part du lion dans la création de valeur bancaire mais moins qu'auparavant. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Plus d'un franc sur trois généré dans le secteur bancaire suisse va sur le compte des grandes banques. UBS et Credit Suisse ont néanmoins perdu du terrain depuis la crise financière de 2008: leur contribution à la valeur ajoutée brute du secteur est passée de 41% à 35% entre 2007 et 2014.

Les banques en mains étrangères et les banques boursières appartenant à la catégorie «autres banques» ont en revanche pu progresser. Elles se situent désormais presque au même niveau que les grands établissements. La raison: elles ont enregistré davantage de commissions, indique lundi l'Office fédéral de la statistique (OFS) dans son «Analyse du secteur financier» de 1994 à 2014.

Les banques cantonales et régionales ont en outre profité des difficultés des grandes banques et ont pu leur grignoter des parts de marché. Elles se concentrent avant tout sur une activité de crédits, ce qui leur permet d'afficher ainsi une plus grande stabilité sur la période analysée, face aux grandes banques dont les revenus sont plus dépendants des marchés.

Assurance dommages rentables

L'enquête de l'OFS montre encore que le secteur des assurances a fortement évolué. Alors que les assurances-vie comptaient encore pour plus d'un tiers de la valeur ajoutée brute du secteur des assurances et caisses de pension au milieu des années 1990, ce taux baisse à 11% en 2014. Elles ont notamment perdu en attractivité du fait de la baisse des rendements des placements financiers.

En revanche, les institutions privées d'assurance dommages ont augmenté leur part à la valeur ajoutée du secteur assurantiel de façon presque ininterrompue, passant de 20% à 34% en 20 ans.

Sur cette période, les primes acquises ont presque doublé, tandis que le taux de sinistralité (qui correspond au ratio entre le montant des sinistres dus et celui des primes) s'est généralement réduit. Cela leur a permis d'augmenter leur rentabilité. Les réassureurs ont aussi connu une évolution positive, dégageant désormais presque un tiers de la valeur ajoutée du secteur. Leur importance s'est fortement accrue après le 11 septembre 2001.

L'OFS compte à l'avenir publier des données annuelles sur le secteur financier. (ats/nxp)

Créé: 19.06.2017, 12h36

Articles en relation

Raiffeisen: 500 millions pour son informatique

Banques Le nouveau système, défini comme «absolument prioritaire», sera introduit par vagues dès le début de l'année prochaine. Plus...

Il a bien blanchi de l'argent depuis les banques suisses

Scandale FIFA Un ancien employé de Julius Bär et UBS, accusé par la justice américaine de corruption et de blanchiment d'argent, s'est reconnu coupable des faits qui lui sont reprochés. Plus...

Les banques ont encore étoffé leurs fonds propres

Suisse UBS et Credit Suisse remplissent déjà les exigences des règles TBTF2 et de Bâle III mais la BNS les encourage à améliorer leur taux de solvabilité. Plus...

Les tests de résistance bancaires seront allégés

Etats-Unis L'administration Trump souhaite diminuer la règlementation bancaire en recommandant un allègement des tests de résistance des grandes banques. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.