Passer au contenu principal

Ghosn validé comme président de Mitsubishi

Le patron de Renault et de Nissan a été nommé pour superviser la restructuration du constructeur japonais.

Carlos Ghosn.
Carlos Ghosn.
Keystone

Les actionnaires de Mitsubishi Motors, réunis mercredi en assemblée générale extraordinaire, ont approuvé la nomination de Carlos Ghosn comme président du conseil d'administration du constructeur d'automobiles dont Nissan a pris 34%.

«Merci pour votre approbation, je m'engage à défendre les profits des actionnaires et à oeuvrer pour élever la croissance de l'entreprise à son maximum», a déclaré M. Ghosn en lisant un texte en japonais devant le parterre de petits porteurs, selon les images retransmises sur Internet.

M. Ghosn, qui est aussi à la tête de Renault et Nissan, va ainsi pouvoir superviser la restructuration de Mitsubishi Motors, même s'il dit laisser les autres dirigeants commander sur le terrain.

Les actionnaires se sont toutefois montrés critiques sur le maintien d'ex-responsables à des postes clefs, dont celui de directeur général laissé à Osamu Masuko.

Sur la base des nouvelles dispositions adoptées, le conseil d'administration de Mitsubishi Motors, qui comptait jusqu'à présent 10 membres (dont 4 externes), passe à 11 membres (dont 6 externes).

Meilleure gestion

D'autres propositions ont également reçu l'aval des actionnaires, dont une résolution portant sur une réforme des rétributions et un réévaluation des émoluments des administrateurs, justifiée selon la direction par la nécessité d'attirer des talents qui doivent être rémunérés à la hauteur de leurs responsabilités et des résultats obtenus.

Il s'agit, selon Mitsubishi Motors, «d'améliorer la gestion de l'entreprise, et de lier clairement la rémunération des administrateurs à leur rôle pour accroître durablement sa valeur», conformément à la philosophie de Carlos Ghosn qui veut aussi des administrateurs externes actifs.

Le géant automobile japonais Nissan a bouclé fin octobre le rachat d'une participation de 34% dans son compatriote Mitsubishi Motors qui s'est fourvoyé dans un scandale de manipulation de données relatives aux performances de ses véhicules.

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.