Passer au contenu principal

À Genève, le procès phare de la corruption africaine devra attendre 2021

Le magnat des mines Beny Steinmetz devait comparaître dès lundi au Tribunal correctionnel. Mais le procès n’aura pas lieu avant l’an prochain, et le coronavirus n’y est pour rien.

Beny Steinmetz lors de son arrestation en Israël en 2017.
Beny Steinmetz lors de son arrestation en Israël en 2017.
AFP

Les rouages de la justice sont décidément bien lents. Lundi prochain devait s’ouvrir à Genève l’un des procès phares de ce printemps, celui du magnat des mines Beny Steinmetz. Le milliardaire franco-israélien de 63 ans et deux de ses associés sont accusés de «corruption d’agents publics étrangers». Ils risquent entre 2 et 10 ans de prison. Le Ministère public genevois leur reproche d’avoir obtenu des permis miniers en Guinée en soudoyant l’ancienne maîtresse du président Lansana Conté. Les trois accusés sont présumés innocents jusqu’à leur jugement.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.