Passer au contenu principal

Genève et Bâle synchroniseront leurs salons horlogers en avril à partir de 2020

Le SIHH et Baselworld se tiendront à la fin avril, à une semaine d’intervalle.

Le mois d'avril 2019 verra se dérouler le SIHH et Baselworld à une semaine d'intervalle.
Le mois d'avril 2019 verra se dérouler le SIHH et Baselworld à une semaine d'intervalle.
Laurent Guiraud

Dans deux ans, ce sera un peu le Beau lac de Bâle pour l’industrie horlogère helvétique. Les organisateurs du Salon de la haute horlogerie (SIHH) – qui ouvre ses portes à Genève le 14 janvier prochain – ont annoncé mardi dans l’après-midi une «coopération» avec la Foire horlogère de Bâle.

À partir de 2020, les deux événements phares de l’industrie synchroniseront leurs calendriers. Le salon genevois dédié au haut de gamme – les marques du groupe Richemont, comme Piaget, Vacheron Constantin ou Jaeger-LeCoultre y tiennent le haut du pavé – se tiendra du 26 au 29 avril à Palexpo. Il sera suivi la semaine suivante par Baselworld, qui rassemble aussi bien des montres d’entrée de gamme que des marques prestigieuses comme Rolex, Patek Philippe ou celles du groupe LVMH – Hublot ou TAG Heuer notamment.

Soutien des marques

La Foire horlogère de Bâle se tient traditionnellement en mars, et cette situation implique que les professionnels, la presse et les clients communs aux grandes marques horlogères doivent se rendre deux fois en Suisse en l’espace de quelques semaines.

Avec le SIHH, nous avons trouvé une solution extrêmement avantageuseMichel Loris-Melikoff, directeur de Baselworld

La synchronisation des deux salons a reçu l’aval des principales marques horlogères, lesquelles ont, selon un communiqué diffusé mardi soir par le SIHH, «salué cette avancée importante et essentielle pour l’industrie horlogère suisse». C’est surtout le cas du groupe Richemont, au sein duquel on confirmait soutenir cette décision.

Des mois de tractations

Contactée mardi, Fabienne Lupo, la directrice générale de la Fondation de la haute horlogerie, indique que «cela fait déjà plusieurs mois que nous discutons avec Baselworld pour harmoniser nos deux calendriers». Lorsque la nouvelle direction du salon bâlois a pris ses fonctions, il y a quelques mois, «nous nous sommes rencontrés pour voir si nous ne pouvions pas revenir à la situation qui prévalait avant 2009», précise Fabienne Lupo

Selon cette dernière, le plus compliqué a été de trouver des dates qui conviennent. «Ouvrir en janvier était impossible pour Baselworld. De notre côté, Palexpo était réservé en février et mars pour le Salon de l’auto», explique la responsable de la fondation en charge d’organiser le SIHH genevois. «Nous sommes tombés d’accord sur avril-mai. Palexpo n’est pas tout à fait vide et il a fallu déplacer un ou deux événements», détaille-t-elle.

Selon Fabienne Lupo, le fait que le salon genevois se déroule en avril «réduira aussi le «time to market» pour nos marques exposantes. Les produits se retrouveront plus tôt dans les points de vente.»

Appel du pied de Bâle

Cette annonce fait écho au premier appel du pied du nouveau patron de la Foire horlogère de Bâle. Le 4 décembre, ce dernier s’était dit ouvert à la discussion avec les deux autres manifestations genevoises du secteur: celle de la haute horlogerie, bien sûr, mais également celle réunissant quelque 600 sous-traitants horlogers chaque mois de juin. La réplique du salon de la sous-traitance (EPHJ) avait été quasi immédiate: «Il n’y a pas eu de discussion avec MCH, il n’y en aura pas», laissait entendre sa direction.

«Nous avons cherché le dialogue avec le SIHH et avons trouvé ensemble une solution extrêmement avantageuse», a déclaré Michel Loris-Melikoff, directeur du salon bâlois, dont la société organisatrice, MCH, est en difficulté financière.

Observateur de longue date du secteur horloger, Xavier Comtesse voit dans cette annonce la confirmation de l’affaiblissement du salon bâlois, «qui n’aurait jamais accepté une telle synchronisation avec Genève il y a encore quelques années». En cinq ans, le nombre d’exposants de Baselworld a été divisé par deux. Et le premier groupe horloger au monde, Swatch, a annoncé l’été dernier qu’il quittait le salon. Les choses peuvent bouger: l’accord de synchronisation des deux salons horlogers est pour l’instant prévu jusqu’en 2024.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.