Passer au contenu principal

Voilà ce que gagnent les banquiers genevois

Genève célèbre son rôle de capitale de la finance «durable» cette semaine. Mais quel est l’état de santé réel de ses grandes banques?

Aux Acacias, le siège de la banque Pictet, dont l’activité génère 500 millions de francs de profits par an.
Aux Acacias, le siège de la banque Pictet, dont l’activité génère 500 millions de francs de profits par an.
Keystone

Entre la conférence traditionnelle de la Fondation Genève place financière et la trentaine d’événements du sommet de la finance «durable», les banques genevoises font leur rentrée médiatique cette semaine. Avec l’idée de présenter sous un autre jour une activité essentielle à la prospérité d’un espace débordant largement le bout du lac: au dernier pointage, qui sera mis à jour cette semaine, 18 000 salariés – et presque autant d’avocats, d’employés de fiduciaires, de gérants de fortune à leur compte – en dépendent, l’équivalent des effectifs de la Genève internationale.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.