Le franc suisse se ressaisit face à l'euro

DevisesEn fin de journée jeudi, la monnaie helvétique a atteint son meilleur niveau depuis décembre. Vers la fin de séance, il fallait même débourser 1,1626 franc pour 1 euro.

Le franc suisse reprend des couleurs.

Le franc suisse reprend des couleurs. Image: archive/photo d'illustration/Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La devise suisse montait face à l'euro, à 1,1678 franc suisse pour un euro, atteignant même vers 16h50 1,1626 franc, son niveau le plus fort depuis mi-décembre. Le franc suisse gagnait aussi du terrain face à la devise américaine, à 0,9349 franc pour un dollar, atteignant même vers 16h15 0,9290 franc, son niveau le plus fort depuis fin août 2015.

Un sommet par rapport au billet vert

L'euro s'installait jeudi face au dollar à des sommets en un peu plus de trois ans. La monnaie a été propulsée par des propos encourageants de la Banque centrale européenne (BCE) sur l'économie de la zone euro et profitant toujours d'un accès de faiblesse du billet vert.

Vers 18h, l'euro valait 1,2491 dollar, contre 1,2407 dollar mercredi vers 23h et 1,2299 dollar mardi soir. L'euro est monté jeudi vers 15h à 1,2537 dollar, son niveau le plus élevé depuis mi-décembre 2014.

La monnaie unique européenne montait également face à la devise japonaise, à 135,78 yens pour un euro contre 135,53 yens mercredi soir. Le billet vert perdait du terrain face à la monnaie nipponne, à 108,70 yens pour un dollar - tombant même vers 16h30 à 108,59 yens, son niveau le plus faible en quatre mois et demi - contre 109,24 yens la veille au soir.

Attention sur la BCE

Les cambistes concentraient jeudi leur attention sur la zone euro et une conférence de presse du président de la BCE Mario Draghi suivant le maintien inchangé des taux directeurs de l'institution.

Mario Draghi a évoqué jeudi le récent renforcement de l'euro en indiquant que la BCE va «surveiller» la volatilité de la monnaie unique, un mouvement qui créée des «incertitudes» et pose des risques pour la stabilité financière.

Pour Viraj Patel, analyste chez ING, en se focalisant sur la volatilité de l'euro et non sur son niveau, Mario Draghi «enfonce des portes ouvertes» en soulignant que les banques centrales ne souhaitent pas voir de forts mouvements sur leur devise, et ce n'est pas un discours qui peut convaincre les cambistes d'arrêter d'acheter de l'euro.

«M. Draghi s'est une nouvelle fois montré outrageusement indifférent à la hausse de l'euro», a même estimé Chris Beauchamp, analyste chez IG. Surtout, M. Draghi a mis en avant la solidité de la croissance économique en zone euro, renforçant quelque peu la confiance des cambistes dans les perspectives de la monnaie unique.

Même Mario Draghi a prévenu qu'il y avait «très peu de chances» que la BCE relève ses taux d'intérêt cette année. Les cambistes restent confiants sur le fait que l'institution pourrait mettre un terme cette année à ses rachats d'actifs, a noté Connor Cambell, analyste chez Spreadex.

De plus, comme l'a souligné Martin Essex, analyste chez DailyFX, avant même la prise de parole de Mario Draghi, l'orientation du marché restait dictée principalement par les commentaires la veille du secrétaire américain au Trésor Steven Mnuchin.

Inquiétudes

Le billet vert était lesté par «les inquiétudes accrues sur un glissement vers plus de protectionnisme de la politique économique (des États-Unis) sous l'administration Trump et son désir de voir un dollar plus faible», a commenté Lee Hardman, analyste chez MUFG.

Lors de son intervention mercredi au Forum économique mondial de Davos, M. Mnuchin a affirmé qu'un «dollar plus faible» était «bon» pour les États-Unis puisqu'il favorisait le commerce extérieur américain, faisant voler en éclat le discours en vigueur depuis plusieurs décennies qui assure qu'un dollar fort est dans l'intérêt du pays.

Il a par la suite souligné que les États-Unis n'étaient «pas préoccupés à court terme» par le niveau faible du dollar. Ces propos ont provoqué une dégringolade du billet vert face aux autres grandes devises mondiales.

Vers 18h, la livre britannique baissait face à la monnaie unique, à 87,54 pence pour un euro, après avoir atteint vers 7h40 86,87 pence, son niveau le plus élevé depuis début juin 2017.

La livre sterling montait face au billet vert, à 1,4267 dollar pour une livre, montant même vers 15h à 1,4345 dollar, un nouveau sommet depuis le 24 juin 2016, date de l'annonce de la décision des Britanniques de quitter l'Union européenne (UE). (ats/nxp)

Créé: 25.01.2018, 19h13

Articles en relation

L'euro poursuit sa hausse face au franc

Suisse L'euro a atteint mercredi sa plus haute marque face au franc depuis l'abandon le 15 janvier 2015 par la Banque nationale suisse (BNS) du taux plancher, au-delà de 1,17 franc. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Budget 2020: 590 mio de déficit prévus
Plus...