Le franc suisse provoque la panique dans l'est de l'Europe

DevisesDes dizaines de milliers de ménages en Croatie et en Pologne s'inquiètent du remboursent de leurs crédits immobiliers libellés en francs suisses.

La Pologne et la Bourse de Varsovie ont pris de plein fouet la décision de la BNS de mettre fin à son taux plancher.

La Pologne et la Bourse de Varsovie ont pris de plein fouet la décision de la BNS de mettre fin à son taux plancher. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La décision de la Banque nationale suisse (BNS) d'abolir jeudi le cours plancher de sa monnaie face à l'euro a levé un vent de panique en Pologne où quelques 700'000 ménages détiennent des crédits immobiliers libellés en devise helvétique, le zloty décrochant de près de 20% face au franc.

La bourse de Varsovie chutait jeudi de quelque 2% à la mi-journée.

40% des crédits en francs suisses

A 13H00 (12H00 GMT) le franc suisse s'échangeait contre 4,20 zlotys, soit une hausse de 18,5% par rapport à mercredi. Peu après l'annonce de la banque suisse, le franc avait crevé le plafond de cinq zlotys.

Environ 40% des crédits immobiliers en Pologne sont libellés en francs suisses représentant un volume de quelque 31 milliards d'euros, selon la Commission polonaise de surveillance des banques (KNF).

Selon les experts, si la situation actuelle devait persister, la traite mensuelle pour un crédit immobilier moyen de 300'000 zlotys (69'000 euros) augmentera de quelques 200-300 zlotys (46-69 euros).

En octobre, des rumeurs sur une éventuelle hausse du franc face au zloty avaient poussé les hommes politiques, aussi bien de la coalition au pouvoir que de l'opposition à demander au gouvernement et aux banques de se pencher sur ce problème alors potentiel.

En Croatie aussi

En Croatie, autre pays de l'Union européenne, l'association Franak représentant des emprunteurs de crédits libellés en francs suisses a demandé une réunion d'urgence avec le gouvernement, mettant en garde jeudi contre une «catastrophe».

La devise croate, la kuna (HRK), a décroché de près de 17% face au franc suisse après la décision de la Banque nationale suisse (BNS).

Selon l'association Franak, quelque 60'000 particuliers en Croatie remboursent encore leurs crédits - essentiellement des prêts immobiliers -, libellés en francs suisses et cette hausse de sa valeur affectera entre 200'000 et 300'000 personnes de ce petit pays de 4,2 millions d'habitants.

La Hongrie respire

En Hongrie, le gouvernement s'est félicité que ses citoyens, dont beaucoup ont contracté des emprunts immobiliers en francs suisses, sont désormais protégés par la loi contre les effets de l'envolée jeudi de la devise helvétique.

A l'instigation du Premier ministre conservateur Viktor Orban, le Parlement hongrois a adopté en novembre une loi destinée à protéger les débiteurs en devises étrangères. Cette loi prévoit un taux de conversion fixe de 256,5 forints (HUF) pour 1 franc suisse, et de 309,5 HUF pour 1 euro.

Jeudi, après avoir brièvement chuté à 326 HUF/euro contre 318 HUF la veille, la devise hongroise s'est reprise à 321 HUF. Comme la plupart des autres devises, le forint a en revanche décroché de près de 30% par rapport au franc suisse, à 393 HUF.

La Hongrie avait souffert en 2008

La décision de la Banque nationale suisse (BNS) de laisser librement flotter le franc suisse jeudi «confirme le gouvernement dans ses efforts pour réduire la dette en devises étrangères, efforts qui ont significativement réduit la vulnérabilité de la Hongrie, tant à l'échelle du pays que pour les particuliers», estime le ministère.

Lors de la crise financière de 2008, un million de ménages hongrois avaient été confrontés à une explosion du coût de leurs emprunts immobiliers, pour la plupart libellés en francs suisses.

Selon le ministère, la mise en place de taux de conversion fixes a permis aux emprunteurs hongrois d'économiser plus de 500 milliards de forints à ce jour, soit plus de 1,5 milliard d'euros.

L'Autriche se congratule

En Autriche, les autorités monétaires se sont félicitées en revanche que Vienne ait interdit en 2008 les nouveaux emprunts en devises étrangères, en réaction à la flambée de la devise helvétique.

Le franc suisse a bondi pour atteindre la parité avec l'euro, après l'annonce par la BNS jeudi qu'elle abandonnait le cours plancher de 1,20 franc suisse pour un euro. (smk/afp/nxp)

Créé: 15.01.2015, 16h43

Articles en relation

«Une catastrophe», pour les milieux économiques

Fin du taux plancher L'abolition du cours plancher de 1,20 franc pour un euro ouvre la porte à la spéculation sur les devises. Les milieux économiques déplorent l'abandon du taux plancher. Plus...

L'économie va au-devant de mois difficiles, disent les experts

Politique monétaire La décision de la Banque Nationale Suisse (BNS) d'abandonner son taux plancher face à l'euro a provoqué une onde de choc. Ses effets seront multiples. Plus...

Taux plancher: la Bourse suisse clôture en baisse

[EN DIRECT] Avec l'abandon du taux plancher, la BNS a rendu les armes, estime l'économiste Thomas Straubhaar. Le franc s'échangeait vendredi autour de la parité avec l'euro, soit 1 euro = 1 franc. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Les Genevois se ruent sur les masques
Plus...