Les Européens résignés à une sortie de la Grèce de la zone euro

Crise grecqueUne sortie de la Grèce de la zone euro est presque inévitable, selon le ministre autrichien des Finances. Le tournant intervenu ce week-end suscite de nombreuses réactions.

Les Grecs retirent leur argent des banques en masse. (Samedi 27 juin 2015)

Les Grecs retirent leur argent des banques en masse. (Samedi 27 juin 2015) Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La Grèce devra en premier lieu demander à quitter l'Union européenne et il reviendra alors aux autres pays de se prononcer sur ce départ, a déclaré le ministre autrichien des Finances Johann Georg Schelling au journal autrichien Die Presse. «Il est clair que, quelles que soient les circonstances, aucun pays ne peut faire chanter la Commission européenne et les autres pays de la zone euro», a ajouté le ministre.

La Grèce, qui risque de ne pas pouvoir rembourser 1,5 milliard d'euros au FMI le 30 juin et qui a décidé d'organiser un référendum sur les propositions de ses créanciers, provoquant une rupture des négociations, va rencontrer de «grandes difficultés dans les prochains jours», avait prédit samedi son homologue allemand Wolfgang Schäuble. Il a cependant assuré que ce pays restait «membre de la zone euro».

Le «destin» de la Grèce est de rester dans la zone euro, d'où «aucun pays ne souhaite sa sortie», a aussi affirmé le ministre français des Finances, Michel Sapin. «La Grèce est un membre à part entière de la zone euro», a renchéri son homologue irlandais Michael Noonan, affirmant qu'il n'avait «pas peur pour l'euro».

Etrangler la Grèce

De son côté, le ministre finlandais Alexander Stubb a dit «comprendre les difficultés que les Grecs vont devoir affronter», tout en n'étant «pas très inquiet» d'une contagion de la crise.

Certains pays européens et le FMI veulent «étrangler la Grèce (et) donner une leçon» à la gauche espagnole afin d'éviter toute alternative à la politique économique menée en Europe, a lui dénoncé le chef du parti espagnol Podemos, Pablo Iglesias.

Référendum approuvé

Les responsables de la zone euro, excédés, ont fermé samedi la porte des négociations avec Athènes au lendemain de son annonce fracassante d'un référendum sur les exigences des créanciers de la Grèce. Elle se dirige droit vers un défaut de paiement.

Le Parlement grec a approuvé dans la nuit de samedi à dimanche la tenue le 5 juillet prochain d'un référendum pour ou contre les propositions de réformes réclamées par les créanciers d'Athènes en échange du déblocage de nouvelles liquidités. (ats/nxp)

Créé: 28.06.2015, 11h09

Articles en relation

Référendum: Tsipras sûr d'une victoire du «non» aux créanciers

Crise grecque Alexis Tsipras a estimé samedi soir qu'une victoire du «non» à un référendum sur les propositions des créanciers d'Athènes renforcerait la Grèce dans les négociations avec ses bailleurs de fonds. Plus...

La BCE devrait tenter d'éviter la catastrophe à la Grèce

Crise grecque Le conseil des gouverneurs de la Banque centrale européenne (BCE) devait se réunir, sans doute dimanche, pour tenter d'éviter in extremis à la Grèce une déroute bancaire. Plus...

La solution de DSK pour sortir la Grèce de l'impasse

Dette L'ancien patron du FMI appelle les Européens à accepter une suspension temporaire des paiements d'Athènes. Plus...

Tsipras dégaine l'arme du référendum avant l'Eurogroupe

Crise grecque Le Premier ministre grec a annoncé un référendum sur la proposition des créanciers pour le 5 juillet. Il sème la confusion à quelques heures de l'Eurogroupe de la dernière chance à Bruxelles. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Genève: les communes les plus riches ont le plus de chiens
Plus...