Etats-Unis: Pictet & Cie attend une réponse

BanquesLe programme américain s’approche de la fin, mais le suspense redouble

Pictet ne prévoit aucune provision dans ses comptes 2015 susceptible d’anticiper le risque plausible d’une amende.

Pictet ne prévoit aucune provision dans ses comptes 2015 susceptible d’anticiper le risque plausible d’une amende. Image: Laurent Guiraud

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Entre décembre et janvier, le programme américain de résolution du différend fiscal avec la place financière helvétique, entamé le 29 août 2013, a bien progressé. Au 6 janvier le Department of Justice (DoJ) avait conclu un accord avec 77 banques inscrites en catégorie 2, sur un peu plus de quatre-vingts n’excluant pas d’avoir violé le droit américain, tout en sollicitant en échange un «accord de non-poursuite» pénale auprès des autorités. Le suspense continue en revanche dans la catégorie 1.

Dans cette division, la banque genevoise Pictet & Cie SA surprend quelque peu. Cet établissement ne prévoit en effet aucune provision dans ses comptes 2015, susceptible d’anticiper le risque plausible d’une amende.

Mesures de prudence

Rappelons que les quatorze sociétés placées dans cette catégorie 1 sont ou ont été la cible d’enquêtes pénales. Ces procédures portent le plus souvent sur des soupçons d’assistance à l’évasion fiscale. Parmi les établissements concernés, Julius Bär & Co AG a pris des mesures de prudence significatives.

La banque zurichoise a constitué une provision de 350 millions de francs au terme du premier semestre 2015. Juste après avoir passé «un accord de principe» avec le DoJ, l’entreprise relevait sa provision de 195,8 millions de francs le mois dernier. La Banque Cantonale de Bâle-Ville a elle-même assuré une provision de 100 millions dans ses comptes en décembre 2013.

Cibles de la presse

De son côté, la direction de Pictet & Cie SA se trouverait dans l’impossibilité d’agir dans le même sens. «Les autorités américaines ne nous ont en effet donné à ce jour aucune indication sur une éventuelle amende dans le cadre des discussions en cours. En tout état de cause, nous disposons de fonds propres excédant largement les exigences réglementaires. Ils nous assurent une solide assise financière», affirme Frank Renggli, porte-parole de la banque genevoise, employeur de 3900 collaborateurs, dont 2200 à Genève et quatorze à Lausanne.

Jeudi matin, les Associations de banques privées suisses et de banques suisses de gestion donnent une conférence de presse à Berne. Nul doute qu’à cette occasion une foule de questions seront adressées à Bertrand Demole, associé du groupe Picet, et au Vaudois Boris Collardi, le président du directoire de Julius Bär & Co AG. Comparaison n’est pas raison, les deux établissements ne se trouvent certes pas dans des situations identiques. De tels échanges devraient néanmoins dissiper des spéculations préjudiciables et des inquiétudes légitimes. (TDG)

Créé: 13.01.2016, 22h43

Articles en relation

Safra Sarasin lorgnerait un rachat de la tessinoise BSI

Banques La «HandelsZeitung» évoque aussi un intérêt de la part de la banque Julius Bär Plus...

Lourde amende pour la banque genevoise UBP

Accord La banque privée domiciliée rue du Rhône accepte de payer 188 millions de francs aux autorités américaines. Plus...

«Le gros danger serait d'être confronté à une panique générale»

Bourse Les marchés s'effondrent depuis le début de l'année. Les explications de Fabrizio Quirighetti, l’économiste en chef de la Banque Syz. Plus...

Sérieuse amende pour Lombard Odier & Cie SA

Place financière genevoise La banque privée genevoise devra payer près de 100 millions de dollars à la justice américaine. Plus...

«La justice américaine manque de transparence»

Place financière Après l’amende contre la BCV, la régularisation des banques avec les Etats-Unis paraît proche. Le lobby des banques réagit. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Grève des travailleurs du bâtiment
Plus...