Ernst&Young dégage 514 millions de chiffre d'affaires

SuisseEY Suisse a affiché des résultats en hausse au cours de l'exercice 2015/2016 et proposera bientôt des paiements en bitcoin.

Photo d'illustration.

Photo d'illustration. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

EY Suisse a affiché des résultats en hausse au cours de l'exercice 2015/2016. La société de conseil et d'audit a dégagé un chiffre d'affaires net de 514,3 millions de francs, en hausse de 4,2%. Elle proposera en outre dès l'année prochaine des paiements en bitcoin.

Dans le secteur du conseil d'entreprise, le produit des activités de services a bondi de 21,7 %, a indiqué EY Suisse vendredi. Les recettes se sont ainsi montées à 210,8 millions. Cette hausse provient surtout de l'unité des services financiers, précise la société dans son communiqué.

Le principal secteur, celui des audits, a progressé de 1,8%, à 265,9 millions de francs. Celui du conseil fiscal et juridique a généré des revenus de 184,4 millions de francs, en hausse de 6,1%. Cette forte croissance est à mettre sur le compte des réformes fiscales et des nouvelles prescriptions plus strictes en matière de transparence.

Fin juin, EY Suisse employait 2627 personnes. Le nombre de postes à temps plein a augmenté de 7,4 % en fin d'exercice, selon le communiqué. La filiale helvétique de EY dispose de 10 bureaux en Suisse et au Liechtenstein.

Paiements en bitcoin

Dans un autre communiqué, EY Suisse annonce qu'à partir de 2017, les factures émises par la société pourront être payées en bitcoin. La société de conseil a d'ailleurs mis en service vendredi un distributeur automatique de bitcoins dans ses locaux à Zurich.

Le distributeur peut être utilisé tant par les collaborateurs d'EY que par le grand public pour changer des francs suisses en bitcoins et inversement. Cet appareil fait partie du programme de numérisation interne d'EY Suisse et vise à familiariser les collaborateurs avec ce genre de devises support, précise la société.

Le distributeur automatique est accessible au public en semaine et permettra de charger des montants en bitcoins à partir d'un smartphone. La limite est fixée à 5000 francs par jour. La société Bity basée à Neuchâtel en est l'opérateur.

Changement fondamental «Nous sommes au coeur d'un changement fondamental», a dit Marcel Stalder, directeur général d'EY Suisse devant les médias à Zurich. Alors que précédemment le marché était placé sous le signe de la vague régulatrice dans la foulée de la crise financière, c'est maintenant la transformation numérique qui domine, a-t-il ajouté.

Le patron d'EY est convaincu que les modèles d'affaires des entreprises vont considérablement changer d'ici à 2025. Au lieu des produits, ce sont les besoins des clients qui seront beaucoup plus au centre des préoccupations. Pour les satisfaire, les entreprises collaboreront davantage par-delà les secteurs, et à ce titre, le tournant numérique jouera un rôle significatif, estime M. Stalder. (ats/nxp)

Créé: 25.11.2016, 09h44

Articles en relation

Ernst & Young juge les assureurs trop frileux

Etude Selon une étude du cabinet d'audit comptable et de conseils, les compagnies d'assurances helvétiques se focalisent essentiellement sur la réduction des coûts. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Dons d'organes: le Conseil Fédéral veut le consentement des proches
Plus...