Une victoire symbolique pour Airbnb

HôtellerieSan Francisco, d’où est originaire le site de partage de logements, a finalement refusé d’accroître les restrictions le visant.

Photo d'illustration.

Photo d'illustration. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les électeurs de San Francisco en Californie ont refusé de court-circuiter la croissance d’Airbnb. Mardi, ils ont rejeté à une large majorité (55% des voix) la proposition F qui visait à réduire le nombre de nuitées que les particuliers peuvent mettre en location chaque année. L’initiative voulait le faire passer à 75 contre 90 à l’heure actuelle.

Airbnb, le site de location à court terme créé en 2008 à San Francisco, a investi 8 millions de dollars dans la campagne du non à l’initiative, et a finalement remporté une victoire hautement symbolique. Une défaite sur ses terres aurait eu des répercussions pour une compagnie qui pèse aujourd’hui 25 milliards de dollars et est attaquée dans plusieurs autres villes américaines.

De New York à Los Angeles

A Los Angeles, par exemple, les habitants de Santa Monica n’ont plus le droit de proposer leur logement sur Airbnb s’ils ne sont pas présents en même temps que leurs locataires. A New York, le Conseil municipal de la ville pourrait augmenter à 50 000 dollars les amendes des personnes louant leur logement sur Airbnb en dépit des interdictions qui les frappent. L’association faîtière des hôteliers new-yorkais, qui abhorre la concurrence d’Airbnb, avait pour sa part fait don de 25 000 dollars aux supporters de la proposition F à San Francisco.

Airbnb donne un ton idéologique à son impitoyable bataille pour défendre son business model face à ses adversaires qui l’accusent d’être à l’origine de la pénurie d’appartements à des loyers abordables dans des villes comme New York et San Francisco. «Les électeurs ont défendu le droit des classes moyennes de partager leur logement et se sont opposés à une mesure extrême, soutenue par l’industrie hôtelière», a affirmé dans un communiqué Christopher Nulty, le porte-parole du site de partage de logements.

Airbnb a tenté de mobiliser les New-Yorkais contre une potentielle hausse des amendes en des termes similaires la semaine dernière. Dans un e-mail envoyé aux New-Yorkais utilisant son site, la compagnie de San Francisco a justifié son existence par les loyers prohibitifs pratiqués à New York: «Pour des milliers de familles, le partage de logements est la seule chose qui leur permet de rester dans le logement qu’elles aiment», a-t-elle écrit. Airbnb a proposé lundi de rencontrer les élus new-yorkais le 24 novembre.

Créé: 04.11.2015, 22h27

Articles en relation

San Francisco rejette un référendum anti-Airbnb

Logement La texte, qui visait à limiter les locations de courte durée, était présenté comme un moyen de lutter contre la crise actuelle du logement dans la ville. Plus...

Uber, Airbnb, 9flats: l’économie partagée montre son vrai visage

Business La «sharing economy» ne se soucie pas vraiment d’une meilleure utilisation des ressources. Plus...

Voyages d'affaires: Airbnb séduit les entreprises

Tendance Plus d'un millier d'entreprises utilisent Airbnb pour organiser des voyages d'affaires, selon la plateforme américaine. Plus...

La location des catacombes par Airbnb est controversée

Paris L'opposition demande d'annuler la privatisation d'une nuit aux Catacombes par Airbnb, à l'occasion d'Halloween. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.