En trente ans, les ventes de ski se sont effondrées de moitié

SportFabricants et marchands de lattes ne peuvent pas avoir un pire week-end d’automne: ensoleillé et chaud

Les suisses pratiqueraient-ils moins le ski? La chute des ventes laisse penser à une baisse d'attractivité.

Les suisses pratiqueraient-ils moins le ski? La chute des ventes laisse penser à une baisse d'attractivité. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Certains noms de skieurs suisses font encore rêver: le Neuchâtelois Didier Cuche, le Valaisan Didier Défago, le Grison Carlo Janka ou encore la Tessinoise Lara Gut. Tout indique pourtant que la pratique du ski alpin enthousiasme de moins en moins les habitants de la Confédération helvétique.

La demande de paires de lattes s’est ainsi effondrée de plus de 50% au cours des trente dernières années, tandis que la population a augmenté de plus d’un quart au cours de la même période. Et le nombre de snowboards vendus a chuté de quelque 75% en moins de vingt ans.

Le marché des articles de sport d’hiver décline donc cruellement en Suisse. A raison de 240 000 paires vendues durant l’hiver dernier, le marché suisse du ski porterait actuellement sur 150 millions de francs, selon l’institut de recherche nidwaldien Gfk Switzerland AG. Et le chiffre d’affaires annuel global des marchands d’articles de sports d’hiver (comprenant des skis, des chaussures, des textiles et de nombreux accessoires) se maintient en Suisse, depuis des années, à environ 400 millions.

Un tiers des skis sont loués

Le leader mondial du commerce de lattes, de fixations et de chaussures de ski, IIC-Intersport International Corporation GmbH, ne dément pas non plus la morosité du marché du ski. Le temps accordé à ce sport tend à diminuer. Simultanément la location supplante les achats.

Un tiers des paires sont louées en Suisse et en Autriche, la moitié en France. «Ce que nous perdons en Suisse, nous le compensons toutefois dans d’autres pays. Comme la France, l’Autriche ou plus à l’est sur le Vieux-Continent. Nos ventes sont ainsi restées stables dans le monde au cours des trois dernières années. A raison de 3,2 millions de paires par an. Mais nos concurrents abandonnant le domaine des sports d’hiver sont toujours plus nombreux», précise le président du directoire du groupe bernois fondé en 1968, Franz Julen.

Rachats en pagaille

Les marchands souffrent donc. Tandis qu’un processus de consolidation se poursuit chez les industriels. La société de participation montreusienne Airesis a ainsi acquis en juin 92% du capital de la firme elle aussi vaudoise Movement, spécialisée dans les équipements de ski «freeride». Il s’agit du numéro 2 helvétique dans la fabrication de lattes, derrière la maison lucernoise Stöckli Swiss Sports AG.

Beat Zaugg, l’ex-unique propriétaire de l’équipementier sportif fribourgeois Scott Sports SA (très connu pour ses vélos certes, mais aussi ses skis et bâtons de skis) a lui-même cédé plus de la moitié de son capital-actions au groupe sud-coréen Youngone Corp. La transaction s’est effectuée en deux tranches, l’une en 2013 et la seconde en février dernier. Le tout pour plus de 100 millions de francs.

La phase de consolidation touche aussi les plus grands fabricants de lattes. K2 Inc., pionnier des skis en fibres de verre domicilié dans l’Etat de Washington, absorbe ainsi en 2004 le numéro 4 mondial: l’Allemand Völkl. Puis, en automne 2007, le grand producteur américain de produits de consommation Jarden Corporation s’empare de cette grosse structure entièrement vouée aux équipements sportifs.

L’ex-manufacture de tabac finlandaise Amer Sports Oyi a pour sa part acquis le français Salomon en 2005. L’ex-leader de la clope finnoise avait en plus déjà mis la main en novem bre 1994 sur Austria GmbH. Heureux sauvetage de l’actuel numéro 3 mondial du ski, au terme d’une douloureuse procédure de faillite.

Stöckli augmente ses prix

Les grands volumes et des productions souvent localisées en Extrême-Orient, parfois en Afrique du Nord, paraissent désormais des nécessités pour assurer des profitabilités minimales sur le marché du ski. Stöckli Swiss Sports AG se distingue néanmoins. Alors que les prix des lattes baissent en moyenne de 12 à 15% par an, la firme lucernoise augmente ses propres tarifs et sa production. Le patron, Marc Gläser, prévoit une hausse de 5 à 10% de son chiffre d’affaires cet hiver.

Une telle évolution dépend toutefois en grande partie d’une météo plutôt hivernale et neigeuse au cours des mois de novembre et décembre, prévient Franz Julen. Le week-end en cours s’avère donc plutôt hostile aux fabricants et marchands de skis.

Créé: 06.11.2015, 22h13

Des firmes font de la résistance en Haute-Savoie

Sur le marché un brin déprimant du ski, des firmes font de la résistance. A l’instar de la lucernoise Stöckli Swiss Sports AG, produisantencore ses lattes en Suisse(voir ci-dessus), ou de la française Rossignol SAS, domiciliée dans l’Isère et dotée d’une importante usine à Sallanches, bourgade haut-savoyarde, située à 57?km de Genève.

L’ultime site de production de lattes dans l’Hexagone a commencé à vivre une nouvelle ère en automne 2012. A l’occasion du rapatriement de la production de 60?000 paires
de skis pour enfants, placée auparavant sous la responsabilité d’un sous-traitant taïwanais.

La direction nous assure que, depuis ce grand retour, sa production et ses effectifs se sont stabilisés. A raison de 634?collaborateurs en France, dont 352 répartis sur deux sites proches de Grenoble et 167 à Sallanches.

Mais Rossignol, société fondée en 1907 par Abel Rossignol, menuisier à Voiron (Isère), n’échappe pas aux tendances fortes sévissant sur le marché (voir ci-dessus). L’entreprise, forte d’un chiffre d’affaires supérieur à
220 millions de francs, ne réussit plus ses plus belles performances avec des skis, mais avec des chaussures parées de la fameuse marque Lange.

A cela s’ajoute la pression financière. Rossignol ne cesse de changer de mains depuis huit ans et 80% de son capital appartient aujourd’hui au fonds australien Macquarie.

Articles en relation

Les stations de ski à la reconquête des clients suisses

Tourisme Confrontée au franc fort, l’industrie touristique mise sur des offres spéciales et encourage les camps de ski. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Venise sous les eaux
Plus...