La société Sicpa dans la tourmente au Kenya

Polémique Le groupe vaudois est accusé d’avoir payé des dessous-de-table. Il s’en défend bec et ongles.

Sicpa domine depuis peu le marché global de la traçabilité et de l’authentification.

Sicpa domine depuis peu le marché global de la traçabilité et de l’authentification. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Sicpa traverse une période de turbulences au Kenya, où elle est accusée de corruption par un politicien de haut rang. La multinationale vaudoise basée à Prilly, spécialisée dans les encres pour billets de banque, les systèmes d’authentification de produits et de réconciliation des taxes, est la cible d’attaques régulières dans ce pays.

Mais cette fois, les accusations émanent de Raila Odinga. Le fils d’une figure de l’indépendance du Kenya vis-à-vis de l’Angleterre et ancien premier ministre (de 2008 à 2013) est le principal candidat de l’opposition à la présidence l’été prochain. Et il entre en campagne dans un pays réputé pour ses violences électorales. A la fin du mois d’octobre, dans un discours, nouvelle salve: «Cette compagnie (ndlr: Sicpa) mange des millions de shillings (ndlr: la monnaie kényane) chaque jour […]. Elle est sous enquête au Brésil, où elle fait la même chose qu’au Kenya. Dans ce cadre, la présidente du Brésil a été destituée, mais au Kenya, elle continue de tondre la nation avec la complicité du gouvernement», a-t-il lâché.

Bouc émissaire?

Le politicien surfe sur une vague alimentée par une presse d’opinion souvent critique – mais pas toujours – vis-à-vis du groupe vaudois. Au début d’octobre, des Kényans ont brûlé des caisses d’alcool à Nyahururu, une cité qui tend à voter pour Odinga, pour marquer leur colère envers Sicpa.

La multinationale aurait obtenu de façon illicite un contrat à hauteur de plus d’une centaine de millions de francs auprès du Département des finances à Nairobi (le Kenya Revenue Authority, KRA). Selon la presse, elle l’aurait obtenu bien avant son inscription au Registre du commerce kényan. Elle n’aurait en outre pas répondu aux critères des autorités.

La presse souligne que Sicpa aurait également triché au Brésil, en Albanie, au Maroc et aux Etats-Unis. Dans le combat que la neuvième économie du continent mène contre la corruption, la firme vaudoise semble s’être transformée en bouc émissaire.

Problème: aucun document n’étaye une éventuelle malversation au Kenya. L’équipe de Raila Odinga, contactée à cette fin par notre journal, n’a pas répondu. Or, la KRA se dit très satisfaite des services rendus par Sicpa.

Le groupe de Prilly rejette en bloc toutes ces accusations mais ne s’en étonne pas. Il s’active sur le marché exposé des contrôles de traçabilité et d’authentification de produits hautement taxés, donc très fraudés. Il dit avoir gagné face à une vingtaine d’autres candidats un appel d’offres signé en 2013, juste après la création d’une succursale de 70 employés à Nairobi, la capitale du Kenya.

Sicpa a été mandatée pour lutter contre les fraudes sur les taxes sur les produits du tabac et les spiritueux car les besoins étaient urgents. Avant l’arrivée de la société suisse, 70% des spiritueux faisaient l’objet d’une tricherie (taxes impayées, produits dilués ou contrefaçons) et la KRA disait perdre chaque année l’équivalent de plus de 290 millions de francs à cause des contrefaçons.

Nairobi ne communique pas sur les résultats de son partenariat avec Sicpa, mais on se doute qu’ils sont positifs: les services de l’entreprise ont été cette année étendus aux bières et des discussions sont en cours pour contrôler les boissons sucrées. Il en va des taxes mais aussi de santé publique, souligne le groupe, car les faux peuvent être très nocifs.

L’arrivée de la firme vaudoise ne plaît pas forcément aux industriels, qui ont pu développer des stratégies sophistiquées pour échapper aux taxes, au Kenya ou ailleurs. En Angleterre par exemple, jusqu’à 20% des cannettes et des bouteilles de bière ne seraient pas déclarées, selon le gouvernement. D’un autre côté, les industriels peuvent s’en réjouir car les faux contre lesquels Sicpa lutte minent également leurs ventes. Les cigarettes figurent parmi les produits les plus fraudés au monde.

Résistances de l’industrie

«Nous nous heurtons à des résistances un peu partout», indique la porte-parole de Sicpa, Christine Macqueen, alors que la multinationale vend ses services de traçabilité à une vingtaine de gouvernements. «Mais au Kenya, ça va plus loin.» Aux enjeux électoraux de cette année se superpose le fait que les taxes sur les boissons sucrées soient nouvelles dans le pays. Autant d’obstacles pour les industriels peu scrupuleux.

Sicpa, entreprise familiale discrète, doit désormais s’habituer à faire couler de l’encre. Elle devra d’autant plus s’y faire qu’elle s’est récemment lancée dans les contrôles de carburants et du fioul, également très taxés, régulièrement fraudés et hautement stratégiques.

(TDG)

Créé: 14.11.2016, 21h26

Traçabilité et authentification

Sicpa, traditionnel leader mondial des encres pour billets de banque, domine depuis peu le marché global de la traçabilité et de l’authentification,
des cigarettes aux boissons alcoolisées. Ce service, elle le rend grâce à une équipe étoffée d’ingénieurs, des partenariats avec l’EPFL et son savoir-faire dans les encres secrètes. Les contrôles s’étendent des usines aux étalages. Chaque paquet est certifié par un timbre unique, réalisé avec son encre impossible à copier, sous forme de
code QR, data matrix ou banderole digitale. Tout peut être scanné par un contrôleur tiers – lui-même surveillé – voire
le client final, alors qu’un smartphone permet certaines vérifications. Parmi les clients de Sicpa figurent des pays
ou des Etats tels que la Californie, le Massachusetts,
le Brésil, l’Albanie ou encore le Maroc.
R.ET.

Articles en relation

«Une nouvelle série de billet est nécessaire pour lutter contre les contrefaçons»

Sicpa Stéphane Gard, le directeur financier de Sicpa dévoile en partie le rôle de l'entreprise vaudoise dans la conception de la monnaie papier Plus...

La forteresse Sicpa s’est entrouverte au public

Multinationales La société lausannoise a participé à la journée portes ouvertes des multinationales vaudoises. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Suisse: il fera beaucoup plus chaud et sec en 2050
Plus...