La société France Télécom mise en examen

Suicides de salariésL'opérateur français de télécommunications a subi le même sort vendredi que son ancien patron mercredi, à la suite de la vague de suicides entre 2008 et 2009. Une première en France.

France Télécom avait supprimé 22’000 postes entre 2006 et 2008 et procédé à 10’000 changements de métier.

France Télécom avait supprimé 22’000 postes entre 2006 et 2008 et procédé à 10’000 changements de métier. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

France Télécom a été mise en examen vendredi pour harcèlement moral dans l’enquête sur une vague de suicides survenue en 2008 et 2009 chez l’opérateur français de télécommunications, a indiqué son avocate Me Claudia Chemarin. Il s’agit de la première mise en examen pour ce motif d’une grande entreprise en France.

L’ancien patron du groupe de 2005 à 2010, Didier Lombard, avait été le premier à être mis en examen mercredi, suivi jeudi par l’ex- numéro deux Louis-Pierre Wenes et l’ancien directeur des ressources humaines Olivier Barberot.

«L’entreprise va enfin pouvoir se défendre deux ans après l’ouverture de l’enquête. France Télécom conteste avoir mis en place un système destiné à créer des souffrances chez ses salariés», a déclaré l’avocate. La mise en examen de France Télécom est «une décision attendue et prévisible», a-t-elle ajouté, précisant que le fond du dossier n’avait pas été abordé vendredi.

Harcèlement moral

Le groupe a été mis en examen pour «harcèlement moral» et «entrave au fonctionnement du comité d’entreprise et du comité d’hygiène et de sécurité» - des organes paritaires direction- syndicats - et placé sous contrôle judiciaire avec un cautionnement de 150’000 euros, a-t-on précisé de source judiciaire.

Engagée dans des restructurations, l’entreprise avait supprimé 22’000 postes entre 2006 et 2008 et procédé à 10’000 changements de métier.

La plainte d’un syndicat de salariés fin 2009 suivie d’un rapport de l’inspection du travail en 2010 avaient conduit à l’ouverture d’une information judiciaire pour harcèlement moral en avril 2010. Selon les syndicats et la direction, 35 suicides de salariés de l’entreprise se sont produits en 2008 et 2009.

Fragilisation psychologique

Le rapport de l’inspection du travail mettait en exergue le harcèlement managérial dont étaient victimes les salariés qui avaient commencé leur carrière au moment où France Télécom était une entreprise publique non soumise à la concurrence, et qui étaient incités à changer de métier ou à quitter l’entreprise.

Le groupe a «mis en œuvre des méthodes de gestion du personnel qui ont eu pour effet de fragiliser psychologiquement les salariés et de porter atteinte à leur santé physique et mentale», selon ce rapport.

Didier Lombard avait dû quitter la direction opérationnelle de l’opérateur en mars 2010, fragilisé par cette vague de suicides. L’ancien patron a contesté tout lien entre ces suicides et les plans de réduction d’effectifs de l’époque.

«Je suis conscient que les bouleversements qu’a connus l’entreprise ont pu provoquer des secousses ou des troubles. Mais je conteste avec force que les plans indispensables à la survie de l’entreprise aient pu être la cause des drames humains cités à l’appui des plaintes», avait dit Didier Lombard, dans une récente tribune publiée par le quotidien «Le Monde».

Une première

Le secteur des télécommunications en France a été ouvert à la concurrence en 1998. France Télécom est devenu en 1996 une société anonyme dont l’Etat français est le seul actionnaire.

«C’est la première fois qu’une entreprise est mise en examen en tant que personne morale pour harcèlement moral», a assuré Sylvie Topaloff, l’une des avocates du syndicat SUD.

«Ce n’est pas l’acte individuel d’une personne à l’encontre d’une autre (qui est en jeu), c’est une politique managériale qui est considérée comme harcelante», a-t-elle ajouté. ( (ats/nxp)

Créé: 06.07.2012, 20h05

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Budget 2020: 590 mio de déficit prévus
Plus...