Pilule amère, Alexion quitte Lausanne

Multinationale biotechTrès rentable, la firme américaine déménagera à Zurich l’été prochain. 200 emplois perdus dans la douleur.

Alexion, qui a confirmé son départ, précise qu’environ 80% des postes transférés au nouveau siège EMEA dans la région de Zurich, à Dublin ou à Cheshire (ndlr: le siège social au Connecticut américain) - seront proposés aux personnes actuellement employées à Lausanne.

Alexion, qui a confirmé son départ, précise qu’environ 80% des postes transférés au nouveau siège EMEA dans la région de Zurich, à Dublin ou à Cheshire (ndlr: le siège social au Connecticut américain) - seront proposés aux personnes actuellement employées à Lausanne. Image: Salvatore di Nolfi/Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Société américaine de biotech installée à Lausanne depuis 2007, Alexion Pharma International prépare ses bagages en vue de son déménagement dans le canton de Zurich au courant de l’été 2015. Avec le siège Europe Moyen-Orient, Afrique (EMEA) de la société, la capitale vaudoise perd 200 emplois, dont environ 40 dans la R&D. Une pilule d’autant plus amère que, selon le syndicat Unia, la multinationale «jette à la rue une cinquantaine de salariés et foule au pied les droits des travailleurs».

Il y a quelques jours, 20 minutes nous apprenait que la firme avait fait appel à des agents de sécurité étrangers en armes pour assurer la surveillance le jour de l’annonce du licenciement collectif, le 4 novembre. Ceci à quelques encablures du Tribunal fédéral où se trouve la société. Si celle-ci dénie la possession d’armes, elle affirme que la présence des agents de sécurité est une «pratique courante pour assurer la confidentialité des réunions». La police de Lausanne n’en a pas moins procédé à un contrôle des agents comme s’il s’agissait de terroristes. Avant d’annoncer qu’ils étaient engagés par une société présente en Suisse et en règle.

Des collaborateurs parlent d'intimidation

Du côté de certains collaborateurs, soutenus par le syndicat, on parle d’intimidation. Ce dernier dénonce cette délocalisation et s’indigne que la direction n’ait pas étudié les propositions de maintien de la société à Lausanne. Mandaté par les employés après le lancement d’une procédure de consultation sur le transfert du site au bord de la Limmat, à la mi-octobre, Unia indique qu’il «n’a pas signé le simulacre de plan social proposé par la direction».

«A l’issue d’un mois d’intenses travaux menés par plus d’une trentaine d’employés pour sauvegarder leur emploi à Lausanne, Unia tient à dénoncer l’attitude méprisante de certaines multinationales, balayant d’un revers de main les droits des travailleurs et les acquis découlant de la législation du travail», estime le syndicat dans son communiqué.

Alexion, qui a confirmé son départ, précise qu’environ 80% des postes transférés au nouveau siège EMEA dans la région de Zurich, à Dublin ou à Cheshire (ndlr: le siège social au Connecticut) - seront proposés aux personnes actuellement employées à Lausanne». Comme représentant des employés, Unia donne des chiffres plus précis: «Sans compter les 34 employés temporaires, 93 salariés seront «délocalisés» à Zurich, 18 en Irlande et 2 à Cheshire. 49 employés seront licenciés entre la fin de l’année et mai 2015.»

Le départ d’Alexion a surpris car l’entreprise biopharmaceutique spécialisée dans des soins aux patients atteints de troubles graves et rares avait le projet de s’étendre au bord du Léman. Elle ne sait d’ailleurs pas encore dans quel bâtiment ni dans quelle commune - du canton de Zurich - elle va installer son siège EMEA, qui regroupe les affaires commerciales, marketing, juridiques, finances, etc. Plusieurs options sont envisagées selon le porte-parole, qui précise que la délocalisation sera bouclée en juillet.

Alexion confirme vouloir plus que doubler les effectifs en Suisse et justifie son départ près de Zurich par le besoin de «talents additionnels» comme l’avait fait Shire. Les deux sociétés sont d’ailleurs dans un créneau similaire.

Optimisation fiscale

Quant aux avantages fiscaux obtenus lors de son implantation en 2007, Alexion affirme être en discussion «constructive» avec le Canton de Vaud sur la question d’un remboursement lié à son départ anticipé. Cette société biopharmaceutique née aux Etats-Unis, l’une des plus profitables au monde, est d’ailleurs championne de l’optimisation fiscale, grâce à la relocalisation en Irlande de certains brevets de médicaments vendus à prix d’or.

Créé: 17.11.2014, 20h58

Articles en relation

Sciences de la vie: un secteur qui croît sur l'arc lémanique

Infographies et cartes A part Merck Serono et Shire, les effectifs des principales entreprises scientifiques dans les cantons de Vaud et Genève grossit. Plus...

Restructuration en vue au sein de la multinationale Shire à Eysins

La Côte Installée depuis trois ans dans le parc d’affaires d’Eysins, le groupe irlandais y occupe 250 collaborateurs. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

La fin des rentes à vie des conseillers d'Etat est proche
Plus...